Di sak na pou di

Estrosi à La Réunion : à quoi servira l’emprunt national ?

Témoignages.re / 26 février 2010

Toutes les formations politiques qui sont des antennes locales de partis nationaux ont fait intervenir dans la campagne des dirigeants parisiens. Pas toujours avec bonheur. Le passage du Vert Jean-Marc Brulé aux positions caricaturales ne restera pas dans les mémoires. Après avoir utilisé à son profit le séjour de Nicolas Sarkozy, Didier Robert va recevoir l’appui de Christian Estrosi.
C’est un ministre du gouvernement qui vient. Cela rend Didier Robert encore plus comptable de la politique menée par Nicolas Sarkozy et François Fillon. Il doit assumer toute la politique de casse sociale conduite depuis 2007 : des nouvelles taxes (taxe carbone) à la future réforme de la retraite en passant par le nouvel impôt sur les indemnités de départ à la retraite, l’imposition des indemnités d’accident du travail ; l’augmentation de 20% sur le forfait hospitalier ou la nouvelle liste de médicaments moins remboursés.
Cette visite est sans doute aussi l’occasion d’interpeller un ministre du gouvernement par ailleurs ancien secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.
Ce ne sont pas les sujets qui manquent. A commencer par la mise en œuvre des mesures de la LODEOM et du CIOM, les déclarations de Mme Penchard en Guadeloupe, la relance outre-mer, etc…
Or, il y a un sujet sur lequel le gouvernement ne dit mot : quelle utilisation sera-t-il fait de l’emprunt national à La Réunion ? 35 milliards seront consacrés à 5 grandes priorités : l’enseignement supérieur et la formation ; la recherche ; le développement durable ; l’industrie et les PME, et le numérique.
Dans leur avis sur les Etats généraux, les deux collectivités estimaient qu’outre-mer, ce grand emprunt pourrait contribuer au financement de certains grands projets. Pour sa part, prenant le train en marche, Jean-Paul Virapoullé a proposé, lors du séjour de Nicolas Sarkozy, de mettre le paquet sur les NTIC allant jusqu’à reprendre en partie des projets du Conseil régional.
Le Parlement est en train de finaliser les conditions de mise en œuvre de cet emprunt. A quand une concertation à La Réunion pour apprécier les besoins et l’utilisation des crédits disponibles ?

Jules Manicom


Kanalreunion.com