Di sak na pou di

Femmes Créoles

Témoignages.re / 7 mars 2013

à Nadège

Femme créole, dans ton ventre tu portes la Vie.

Femme créole, dans ta case tu veilles sur tout,

Sur tes parents, sur ta fratrie, sur tes enfants,

Sur les pères que tu as aimés et qui sont partis.

Femme créole, dans ta mémoire tu protèges ton passé.

Femme créole, dans tes souvenirs tu ranges tes soupirs,

De ton enfance, de ton adolescence, de tes premiers émois,

De ton premier amour, de tes premières désillusions.

Femme créole, dans ta vie tu es action, force et volonté.

Femme créole, dans ton présent tu avances déterminée,

Écrasée souvent par le poids du fardeau de ton Histoire,

Sauvagement dressée par habitude de souffrir seule.

Femme créole, dans la liberté retrouvée tu t’épanouis.

Femme créole, dans ton avenir tu te projettes rayonnante,

Instruite désormais par des Maîtres éclairés et pionniers,

Savamment éduquée par de justes et belles paroles.

Femmes créoles,

Que vos seins, offerts aux regards des blancs acheteurs, palpés, soupesés,

Retrouvent, aujourd’hui, le secret de leur beauté et la grâce de vos origines.

Que vos fentes humiliées, pénétrées, alors que vous étiez, de force, courbées,

Retrouvent, aujourd’hui, la douceur qu’elles n’ont jamais cessé d’appeler.

Femmes créoles,

Pour les lanières de cuir, manœuvrées par de vils hommes blancs,

Qui se sont abattues sur vos mâtes peaux, sous vos gémissements,

Zébrant de honte vos dos, magnifiques de courage et de dignité,

Moi, triste descendant de ces sous-hommes, j’implore votre pardon !

Femmes créoles,

Soignant les moignons de vos compagnons aux poignets sectionnés,

Élevant les bâtards issus des amours contraints des riches blancs,

Courbant vos corps décharnés sous le poids d’un labeur disproportionné,

Vous avez, par votre volonté et votre infini courage, fondé La Réunion !

Robert de Bertege


Kanalreunion.com