Di sak na pou di

Fonctionnaires : boucs émissaires ?

Témoignages.re / 29 février 2012

A chaque fois qu’il y a une crise sociale comme celle de ces dernières semaines, certains politiciens locaux ont hélas la triste habitude de monter les Réunionnais les uns contre les autres. Une de leurs premières explications sur la vie chère, c’est de montrer du doigt les fonctionnaires. « Si la vie est chère à La Réunion, c’est à cause des fonctionnaires qui ont une prime de vie chère », disent-ils. Ben voyons, ils ne remettent pas en cause tous les mécanismes économiques qui provoquent la cherté des biens de consommation. C’est plus facile de cibler une partie de la population. Ce qu’ils oublient d’expliquer : quels fonctionnaires visent-ils ?

Est-ce les fonctionnaires d’État ou des collectivités territoriales ? Si les premiers ont gardé tous les avantages : une prime de vie chère de 40, 50 à 70% (tels les agents de certains organismes et services publics de l’État) qu’ils gardent lorsqu’ils partent à la retraire, ils ont en plus les congés bonifiés payés. Ceux des collectivités territoriales font piètre figure : ils n’ont plus les congés bonifiés, leur prime de vie chère est équivalente à l’indice de cherté de vie définie par l’INSEE qui est de l’ordre de 25 à 35%, celle-ci disparaît lorsqu’ils partent à la retraite. Eh oui, ces disparités existent et personne n’en parle. Il faut encore savoir que tous les fonctionnaires participent à la construction de l’économie réunionnaise en investissant sur l’île et qu’il existe des bas salaires inférieurs au SMIC.

Par ailleurs, si vous ne le savez pas, ils vivent avec des crédits pendant presque toute leur vie, ils ne bénéficient pas des prestations familiales, ni de l’allocation logement, ni des bourses pour les études de leurs enfants, ni des billets d’avion gratuits, ils payent la cantine, 1% de leur salaire est prélevé pour participer à la solidarité nationale. De plus, les salaires de tous les fonctionnaires ont été gelés depuis 2010-2011 et jusqu’à cette année. Ce gel sera peut-être reconduit on ne sait pas pour combien de temps, peut-être jusqu’à ce que la crise de la dette publique soit réglée. Alors, que font les politiciens dans tout cela ? Certains cassent de grands chantiers qui auraient pu créer des emplois, ils prennent des décisions seulement lorsqu’il y a des émeutes.

Les représentants de certains partis politiques qui sont toujours les mêmes depuis plus de 60 ans ont montré leur incapacité à régler ces problèmes de la cherté de la vie et de la crise sociale depuis longtemps. Tout ce qu’ils savent faire, c’est de se tirer dans les pattes. Ils oublient qu’ils ont été élus pour défendre l’intérêt général, et non des intérêts particuliers des lobbies commerciaux. Pourtant, ils ont besoin des fonctionnaires pour se faire élire, tels que les employés communaux, par exemple, qui ne sont pas titularisés et qui leur servent de réservoir électoral. Il faut savoir que dans certaines entreprises et organismes privés (telles que les banques, les assurances, etc.), les employés bénéficient d’une prime de 13ème ou de 14ème mois en fin d’année, ce que n’ont pas les fonctionnaires.

Concernant les débats sur la vie chère, à quoi serviront les décisions qui ont été prises ? Juste à mettre du scotch sur les brèches d’une débandade politico-économique liée à la crise de l’euro et des politiques locales, et à calmer la population pour un certain temps.

En attendant, c’est la population qui trinque, les jeunes sont au chômage, les entreprises n’embauchent plus, les agriculteurs et les éleveurs sont au bord du gouffre, rien ne va plus. Il faut vite régler cette crise en révisant les fondements de l’économie réunionnaise. Les fonctionnaires ne sont pas des boucs émissaires. Ne vous trompez pas de cibles.

Gabrielle Marie
Saint-Denis



Kanalreunion.com