Di sak na pou di

Gardez votre calme, M. Olivier Hoarau !

Témoignages.re / 26 mars 2014

Accompagnant ce jour (mardi-NDLR) notre candidat Henry Hippolyte Loulou à « Réunion Premiere » , j’ai croisé notre adversaire Olivier Hoarau.

Alors que l’on se saluait dans les locaux de la radio, Olivier Hoarau, en me fusillant du regard, m’a ainsi interpellé :  « ou la traite à moins d’arriviste dans le journal, mi dis a ou c’est la dernière fois ou dit à moins ça » .

Ces paroles prononcées avec une rare agressivité ont sonné comme une menace pour m’intimider. Je n’ai pas répondu pour ne pas faire de scandale.

Mais je ne peux les passer sous silence : que veut dire M. Hoarau ? Qu’il m’empêchera de m’exprimer et de le critiquer ? Au nom de quoi ? Et par quels moyens ? Que signifie cette menace ?

Je suis colistier de Loulou Henry Hippolyte. Je participe activement à la campagne. Et logiquement, je ne me prive pas de critiquer nos adversaires. Calmement et clairement. Je persiste et signe : Olivier Hoarau, ex membre du PCR, ex membre de la majorité municipale portoise, est, à mes yeux, un arriviste. Pour assouvir ses ambitions personnelles, il a rompu avec le PCR et passe son temps à dénigrer ses anciens collègues du conseil municipal, et les dirigeants du PCR. Chacun est libre de juger d’une telle attitude. Mais ce que je découvre, c’est qu’il n’est pas seulement un arriviste. C’est une personne intolérante, sectaire, qui ne supporte pas la critique. Lui, il s’arroge tous les droits. Dans ses réunions publiques, il ne mâche pas ses mots pour fustiger le Parti qui lui a offert sa chance pour manquer de respect vis à vis de ses dirigeants. L’impertinence de ce jeune homme n’a d’égale que son arrogance. Mais le plus grave, c’est qu’il dénie aux autres le droit de le critiquer. De lui dire ses 4 vérités. Lui, il peut tout dire, mais ses contradicteurs ne doivent pas le mettre en cause. Heureusement qu’il ne sera jamais élu maire de la commune. Sinon, imagine-t-on le traitement qu’il réserverait à l’opposition ? Celle ci serait privée de sa liberté d’expression et on serait revenu 50 ans en arrière !

Pire, imagine-t-on le traitement qu’il réserverait aux employés communaux, à ces proches collaborateurs ?

M. Olivier Hoarau, la campagne se déroule jusqu’à maintenant dans un climat apaisé. Manifestement, vous essayez de la faire déraper. Votre attitude agressive de ce matin est choquante. Mais sachez que je resterai stoïque face à vos menaces et vos intimidations. Je continuerai à m’exprimer librement et à vous critiquer. C’est mon droit. C’est le débat démocratique.
Est-ce l’évolution de la campagne et la perspective de votre défaite dimanche prochain qui vous rendent si nerveux ?
Gardez votre calme M. Hoarau !

 Christophe Rocheland
Le Port
 


Kanalreunion.com