Di sak na pou di

Grèce : non au dépeçage des biens du peuple !

Témoignages.re / 26 octobre 2016

Le merveilleux gouvernement de « gauche radicale », conduit par Alexis Tsipras, fait vendre aux enchères les modestes biens des couches populaires.

Une dette est une dette et Tsipras qui refuse d’annuler la dette nationale, par ailleurs illégitime, remboursera jusqu’au dernier euro les « créanciers » de son pays. Il compte appliquer le même fanatisme néolibéral au peuple grec.

Les biens des personnes les plus touchées par ses politiques d’austérité, qui ne peuvent s’acquitter de leurs remboursements auprès des banques, sont mis aux enchères.

Heureusement, depuis des semaines, les mobilisations de citoyens et d’associations font échouer le déroulement de ces enchères.

Mercredi 19 octobre, de nouvelles grandes mobilisations ont eu lieu devant les Tribunaux de tout le pays. Appuyées par l’abstention des notaires, elles ont, une nouvelle fois, empêché le déroulement des enchères.

A Salonique, les manifestants ont même brisé les barrages de police et bloqué, de manière combattive, la mise aux enchères (non autorisée) d’un champ.

Les mots d’ordre des manifestations étaient : « Etat, UE et banques, les voyous volent les maisons du peuple ! », « Aucune maison aux mains du banquier ! », « Lutte, affrontement, abolition ! L’Histoire s’écrit en désobéissant ! », « Vous accaparez nos maisons, vous vendez notre Compagnie Nationale d’électricité et à la fin, vous vendrez aussi l’Acropole ! ».

(à suivre)

Didier Le Strat (Rassemblement pour la Démondialisation)


Kanalreunion.com