Di sak na pou di

Il y a 50 ans, John Glenn en orbite

Témoignages.re / 3 mars 2012

En 1962, la course aux étoiles fait rage entre les États-Unis et l’URSS. À la fin des années 1950, l’Est menait, grâce au Spoutnik, puis à la chienne Laïka. L’Oncle Sam avait répliqué en 1961 avec le chimpanzé Ham, le premier hominidé à voyager dans l’espace. La réponse soviétique avait été éclatante : Youri Gagarine était devenu, le 12 avril 1961, le premier être humain à voyager dans les cieux étoilés. Suivi, quelques mois plus tard, de son compatriote Gherman Titov.

Pour la NASA, l’agence spatiale américaine, il fallait réagir. Et c’est John Glenn qui allait s’en charger. Ce fringant quadragénaire, pilote d’essai émérite, vétéran de la guerre de Corée, a l’étoffe des héros. En 1961, ses amis du programme Mercury, Alan Shepard et Virgil Grissom, avaient effectué des vols suborbitaux, mais c’est John Glenn qui a été choisi pour être le premier Américain en orbite, en ce 20 février 1962, à bord de Friendship 7.

Au terme d’un vol qui ne fut pas de tout repos (un dérèglement des fusées de stabilisation le força à faire une partie du voyage en commandes manuelles, tandis qu’une défaillance du bouclier thermique faillit lui coûter la vie), la « promenade » fut donc écourtée, mais il revint indemne sur terre, après un vol de 4 heures 55 minutes et 23 secondes. Le héros national quitta ensuite la NASA pour se lancer en politique avec succès, puisqu’il fut élu sénateur démocrate de l’Ohio sans discontinuer entre 1974 et 1999. Trente-six ans après, John Glenn s’élança à ; bord de la navette spatiale Discovery. Ce 22 octobre 1998, il devint, à 77 ans, l’astronaute le plus âgé de l’histoire.

Cela s’est passé il y a 50 ans et nous devons en être fiers en ce XXIe siècle.
Nos jeunes doivent vivre l’histoire de notre humanité d’une manière intense.
Le XXe siècle n’a pas seulement été celui des deux guerres, il a aussi été celui des prouesses scientifiques.

 Marc Kichenapanaïdou  


Kanalreunion.com