Di sak na pou di

Il y a de la place pour tous les enseignants Réunionnais.

Témoignages.re / 26 mai 2010

A La Réunion, le taux de chômage atteint 27% au sens du BIT mais 37% si on intègre les travailleurs précaires. Dans beaucoup de communes et de quartiers, les personnes sans emploi ont dépassé les 50% de la population active. Nous sommes en situation chronique de pénurie d’emplois.
En période de pénurie, il est fait appel à la solidarité agissante. Peut-on demander à la population victime, de se sacrifier davantage ?

L’an dernier, une mission sénatoriale a rapporté qu’à La Réunion, il se crée annuellement un millier d’emplois dans l’Education Nationale dont une centaine occupée par des Réunionnais. Cela signifie que sur les 20 dernières années, La Réunion a ouvert 20.000 emplois dans ce secteur dont deux milliers attribués aux Réunionnais. En se projetant sur les 20 prochaines années, et compte tenu de la croissance démographique, il nous en faudra 20.000 nouveaux.

Le refus accordé à une trentaine de jeunes enseignants de pouvoir travailler à La Réunion s’inscrit dans cette réalité-là. La tentative de leur opposer des collègues Réunionnais qui sont déjà partis cache mal une volonté de diviser les Réunionnais, dans le seul but de faire perdurer ce système injuste relevé par la mission sénatoriale.

Tout montre qu’il y a de la place pour tous les Réunionnais, ceux du dedans comme ceux du dehors.
Il faut donc en finir avec le spectacle affligeant et honteux de la manipulation des jeunes comme nous venons de vivre. C’est tout à fait possible.

Ary Yee chong Tchi Kan


Kanalreunion.com