Di sak na pou di

« Je crois en la démocratie locale… Je crois à la démocratie citoyenne »

Témoignages.re / 18 mai 2012

« La confiance, elle est dans la démocratie elle-même.
Je crois en la démocratie locale, et j’entends la revivifier par un nouvel acte de décentralisation susceptible de donner des libertés nouvelles pour le développement de nos territoires ».
Dans son discours d’investiture, après avoir affirmé sa croyance en la « démocratie locale », le Président de la République ajoute : « Je crois à la démocratie citoyenne, celle des associations et des engagements civiques qu’elles mobilisent ».
C’est la première fois, lors d’une investiture, qu’une telle conviction est affirmée, depuis 1954, date à laquelle naissait en France l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS) que j’ai eu l’honneur de présider en 1995, et de relayer à La Réunion depuis 1999.
L’Association pour la démocratie locale à La Réunion et dans l’océan Indien (ADELROI) avait justement posé en ce sens aux candidats quelques questions fondamentales.
Une seule réponse nous est parvenue : celle de François Hollande en date du 2 mai 2012 (nous pouvons la communiquer à ceux et celles que cela intéresse). Il y développe ses engagements en matière « d’approfondissement de la décentralisation » ; « de la place de La Réunion dans l’océan Indien » et face à « la désespérance sociale créée par le chômage et la vie chère ».
Nous pouvons espérer maintenant que nos propositions relancées d’année en année seront davantage prises en considération. Elles l’ont déjà été notamment dans le processus de lancement de “l’Agenda 21” par Paul Vergès, alors président de Région ; dans le territoire de l’Arrondissement Ouest, voulu par l’État, le Conseil général et la CAF ; et plus récemment pour l’implantation des Centres sociaux.
On découvre encore aujourd’hui les traces de ces semis de qualité, quelque peu étouffés ou oubliés par nos instances politiques et institutionnelles.
Nous ne pouvons que rappeler nos fondamentaux, très bien exprimés lors des « 4ème Rencontres de la démocratie locale » de 2005.
« (Nous entendons) contribuer au développement de La Réunion, des petits et grands territoires, et à la cohésion sociale, en constituant à tous les niveaux un troisième pouvoir : celui des citoyens (pouvoir sur leur vie et sur les territoires en renforçant et en développant leurs ressources et leurs capacités).
Ce troisième pouvoir doit exister à égalité de force avec les deux autres : l’économique et le politique (avec ses institutions).
Cela suppose qu’il en reçoit une aide politique (notamment dans le cadre de l’éducation populaire).
Les institutions doivent comprendre qu’elles sont complémentaires à la force des citoyens, et non que les citoyens sont complémentaires à la leur ».
Devoir de mémoire !

Marc Vandewynckele


Kanalreunion.com