Di sak na pou di

Je l’ai vu, je l’ai entendu, j’ai été déçue

Témoignages.re / 24 février 2014

A première vue, il fait jeune cadre dynamique, typiquement un profil pub. Cela suffit-il pour être un candidat crédible à la mairie du Port ?

Olivier Hoarau y croit probablement. Mais ses déclarations publiques sont trop contradictoires pour être convaincantes.

Il est vrai qu’il n’est pas facile de se présenter comme celui qui va révolutionner une politique municipale à laquelle il a participé pendant les deux tiers de la mandature. Alors, il balance constamment entre deux attitudes : soit il dresse un bilan totalement négatif du travail de l’équipe actuelle, soit il s’approprie tel ou tel projet. C’est la confusion qui domine chez lui et on a beaucoup de mal à savoir ce qu’il veut pour la ville dont il souhaite être le premier magistrat.

Quand, lors du débat télévisé de mercredi dernier sur Réunion 1ère, on lui demande pourquoi il n’a pas fait ce qu’il devait, il prétend qu’on n’a pas voulu l’écouter. Et, quand il siège au conseil municipal, comme jeudi soir, il pose des questions dont la réponse est déjà dans le document qu’il a sous les yeux, ou bien des questions masquant des procès d’intention déplacés. En fin de compte, il finit par voter quasiment tous les dossiers !

En réalité, qu’est-ce qui le fait courir ? Le bien-être de la population portoise ou la recherche d’un titre ? Il aime à rappeler qu’il a été déjà deux fois élu par le suffrage universel, une fois en 2008 sur la liste municipale du Port de 39 personnes, et comme suppléant de la députée-maire de Saint-Paul en 2012. Aux élections du Port, il était un parmi d’autres. Après les élections de la deuxième circonscription, peut-il sérieusement s’approprier les voix de l’élue titulaire ? Il n’y a vraiment pas de quoi se vanter avec autant de suffisance. De plus, ce parcours montre la légèreté, l’inconstance de ses convictions politiques.

Bref, on a affaire à un candidat qui a saisi au vol l’occasion d’une division au sein du PCR pour avancer ses pions à lui. Mais celle qui l’a pris sous son aile, et qui l’accompagne en médaillon sur son affiche, a derrière elle de longues années de militantisme… au PCR. Cela lui a permis de tracer sa route, même si elle a ensuite bifurqué. Quant à Olivier Hoarau, ses faits d’armes personnels ne sont guère à la hauteur de ce qu’exige la gestion d’une ville comme Le Port, une commune en constante métamorphose depuis des décennies. Il n’y a que son ambition personnelle surdimensionnée qui soit à la hauteur de ses prétentions, et cela bien au-dessus de ses mérites !

Marie-Claude A.


Kanalreunion.com