Di sak na pou di

L’autisme à l’école : Quelle place pour l’enfant entre crainte et rejet, quelle place pour l’enseignant ?

Témoignages.re / 6 juin 2013

La ministre déléguée aux personnes handicapées, Mme Carlotti a présenté le 3e plan autisme 2014-2017 dans une relative indifférence. Elle « s’appuie sur le rapport publié en mars 2012 par la Haute Autorité de santé (HAS) qui recommande une prise en charge fondée sur une approche éducative et comportementale ». Par ailleurs, les places prévues en maternelles pour les enfants autistes se feront certes « dans des écoles ordinaires », mais cela restera des classes spécialisées. 700 places pour les petits en unité d’enseignement en maternelle, ainsi que la formation de 5000 professionnels du secteur médico-social aux méthodes éducatives (teach, aba...). Curieusement, rien n’est évoqué concernant la formation des enseignants qui accueillent les élèves autistes dans leurs classes.

Au sein de l’éducation nationale, le rectorat — très démuni faute de formateurs et de moyens — délègue aux associations de parents le soin de réaliser des formations, d’intervenir dans le cadre de réunions de directeurs. Ainsi, il délaisse le champ de compétence qui revient pourtant à l’éducation nationale au profit de formations qui peuvent être partiales, éloignées des contingences spécifiques d’apprendre au sein d’une classe, trouver sa place comme élève. Les enseignants amenés à prendre en charge des élèves atteints d’autisme se retrouvent ainsi très démunis quant aux besoins spécifiques de ces élèves. Soumis aux attentes très fortes des parents et très peu épaulés par l’institution elle-même, ces enseignants vivent souvent mal cette responsabilité. D’autant plus, si ces parents se montrent un tant soit peu insatisfaits de la prise en charge de leur enfant et que des journaux s’en emparent et attisent la polémique à des fins mercantiles. La mise en place de méthodes d’apprentissage spécifiques ne nous est pas enseignée, une semaine de formation est organisée pour une petite poignée d’enseignants, les autres se débrouilleront tant bien que mal.

Ce plan autisme, crée la polémique en isolant les enfants dans des classes spécialisées tout en n’apportant pas d’informations ni de formations pour les enseignants.

SAIPER-PAS 974


Kanalreunion.com