Di sak na pou di

L’heure est maintenant à la négociation avec les enseignants !

Témoignages.re / 9 octobre 2012

La synthèse des travaux des Assises pour la refondation de l’école est maintenant connue et le ministre présentera fin octobre son projet de loi d’orientation et de programmation pour l’école.
Ce rapport formule plusieurs propositions, mais pour l’instant elles ne constituent pas la feuille de route du ministère.

Préconisation ne vaut pas projet de loi

Sur la question des rythmes scolaires en primaire, le rapport préconise une semaine de 4 jours et demi avec 5 heures d’enseignement par jour et une année scolaire allongée d’une à deux semaines.
Plusieurs choses restent à préciser : l’articulation des temps scolaires et périscolaires, la gratuité garantie aux familles, les conséquences sur le rythme et les conditions de vie professionnels et personnels des enseignants.

Insistant sur la Priorité au primaire, le rapport propose pour la maternelle de développer la scolarisation à partir de deux ans et pour l’élémentaire, plus de maîtres que de classes (idée forte portée par le SNUipp/FSU depuis longtemps) pour permettre aux équipes de travailler mieux, mais aussi de fluidifier la transition école-collège, redéfinir le socle commun, remplacer le redoublement par d’autres moyens de remédiation.
Pour les personnels, de revoir la formation des enseignants avec la création des Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education, transformer le système d’évaluation des enseignants pour l’inscrire dans la durée et mieux prendre en compte les inégalités territoriales notamment.

Beaucoup de propositions donc…

Pour le SNUipp, la balle est maintenant dans le camp du ministre qui doit, avant tout arbitrage, ouvrir l’étape de la négociation avec la profession.
Dans ce cadre, la boussole qui guidera le SNUipp/FSU sera celle de la réussite des élèves. Cela passe par l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage des élèves et des enseignants.
Mais avant toute chose, nous avons besoin de réponses concrètes.

Les enseignants ont une expertise du métier qui doit être entendue sur les programmes, sur l’avenir des aides dispensées aux élèves, sur les rythmes scolaires.

Avant tout vote de la Loi, le SNUipp/FSU estime qu’il est indispensable que les enseignants puissent donner leur avis comme cela a été possible lors de l’élaboration des programmes par exemple.
C’est dans cet esprit que notre syndicat a lancé une grande enquête auprès de toute la profession. Le SNUipp/FSU entend bien en utiliser les résultats pour peser sur les discussions à venir.

 Le Snuipp/FSU Réunion 


Kanalreunion.com