Di sak na pou di

L’histoire du Port ? un grand blanc !

Courrier des lecteurs de Témoignages / 14 septembre 2015

Si vous allez sur le site officiel de la ville du Port pour connaître son histoire, vous y trouverez cet avertissement : « En cours de mise à jour. Le contenu de cette page est en cours de rédaction. Nous nous efforçons de mettre des informations en ligne le plus rapidement possible. » Sauf que cette annonce est là depuis près de 18 mois. Longue gestation ! Pour le moins, il s’agit d’une thèse universitaire de 3e cycle en préparation.
La mise en ligne par ailleurs d’un « web documentaire » réalisé par des élèves de l’école Raymond Mondon ne comble pas le vide. Pourquoi avoir effacé les informations déjà là avant mars 2014 ? Le site était alors très apprécié.

La Médiathèque Benoîte Boulard bénéficie, elle, d’un historique. Ainsi peut-on lire : « le 11 octobre 1991, il inaugure le chantier de construction de la médiathèque et laisse un message gravé dans la pierre. Elle est choisie pour donner son nom à l’équipement. » Suspens ! Qui sont “il” et “elle” ? Heureusement, on nous informe ensuite que “lui” c’est Jorge Amado et que “elle” désigne Benoîte Boulard.

Tout est exact, mais on sent bien que la tournure de phrase a pour fonction d’éviter de citer celles et ceux qui ont choisi la dénomination et organisé la cérémonie d’inauguration, autrement dit l’équipe municipale dirigée alors par Pierre Vergès. Au fait, que faisait l’écrivain Jorge Amado à La Réunion ? Il passait par là par hasard ? En réalité lui et son épouse, Zélia Gattai, avaient été invités par La Commission Culture Témoignages pour des rencontres et des conférences (« Brésil de tous les métissages » à Champ Fleuri).
On efface ou on contourne dans une sorte de négationnisme historique. On connaît pourtant l’importance de la mémoire et le rôle de l’histoire pour donner des repères temporels et un sens à sa trajectoire individuelle et collective.

Dans sa nouvelle La préface du Nègre, l’écrivain algérien Kamel Daoud évoque « la mémoire édentée ». Terrible expression ! Il fut un temps où on brûlait les archives-papier. Aujourd’hui, les technologies ont changé, mais hélas ! pas les pratiques : il suffit d’un clic pour envoyer aux oubliettes ce qui gêne. Désolante habitude déjà constatée à La Région-Réunion, après mars 2010.
Le plus troublant, c’est que la page « Les grands projets » de la Ville Le Port arbore la même annonce : « en cours de mise à jour…".

Qu’on se retourne vers le passé ou qu’on veuille s’ouvrir à l’avenir, page blanche ! Le temps se serait-il arrêté ?

Brigitte Croisier


Kanalreunion.com