Di sak na pou di

L’ordinateur pour les lycéens : une "folie" pour le contribuable et les familles

Témoignages.re / 24 avril 2010

Je suis animateur de 2 sites internet et par conséquent nullement hostile au principe de l’ordinateur et de la connexion internet.

Pourtant je m’interroge sur le bien-fondé de cette mesure aux frais du contribuable. En effet, intervenant dans des sections "bureautique", j’ai vu dans de nombreux collèges des salles complètes d’ordinateurs irréparables ou désuets qui s’empilent (car on ne peut jeter du matériel acquis par l’État)... faute de moyens pour les réparer et car ils ne sont plus d’actualité.

1er problème : le coût d’achat et d’entretien. En acquérir désormais pour tous les lycéens est un investissement pérenne et coûteux. D’autant que nombreux seront ceux qui le découvriront et, malhabiles, le détérioreront rapidement. Un ordinateur tombe facilement en panne, sa durée de vie est limitée à quelques années, les coûts d’entretien sont prohibitifs et il en faudra chaque année pour les nouveaux lycéens. La Région s’engage-t-elle sur nos impôts à de tels frais se substituant ainsi à ce qui devrait être par ailleurs à la charge de l’État ?

2ème problème : pour vraiment être utile, il faudra une connexion Internet rapide afin que les lycéens puissent faire des recherches sur Internet. Qui en assumera le coût ? L’État, le lycée ? Le contribuable ? Les parents ?

À l’heure où l’on voit la dangerosité des sites pédophiles ou autres sites pornographiques ou d’argent, n’est-il pas risqué de laisser s’infiltrer nos enfants vers de telles dérives ? Car quels sont les parents qui interdiront l’ordinateur dans la chambre à l’abri de la surveillance parentale ?

3ème problème : ces ordinateurs devront sûrement rester dans l’établissement. À l’heure où les vols et autres saccages sont quotidiens, notamment les week-ends et lors des vacances, il faut s’interroger sur la capacité financière des institutions ou des parents d’en régler l’addition pour les remplacer. À moins d’investir sur des gardiens dans chaque lycée ???

S’ils sont ramenés à domicile, il y a risque d’utilisation par les autres enfants qui le considéreront comme un jeu et risquent rapidement de le rendre inutilisable. Il peut aussi être tentant pour certains élèves de le déclarer "volé" et d’en faire un trafic alimentant leur "argent de poche".

Si l’idée peut sembler séduisante, moderne et démocratique, il n’en demeure pas moins que l’informatique peut conduire à de nombreuses dérives dont il fallait avoir le courage de parler.

Patrice Louaisel
Psychosociologue


Kanalreunion.com