Di sak na pou di

L’UFR se trompe de combat

Témoignages.re / 21 avril 2012

Une communication très surprenante de l’UFR est apparue dans la presse cette semaine suite à la parution d’un article sur l’image des politiques dans un média spécialisé. L’association qui, à la base, lutte contre les violences faites aux femmes, s’engage pour l’émancipation de la femme et la parité, se retrouve donc mise au devant de la scène pour défendre l’image d’Huguette Bello quelque peu égratignée dans l’article en question. De quoi s’agit-il : la revue fait parler des professionnels de la com’ pour analyser l’image des politiques de La Réunion. Un certain nombre sont passés au crible, hommes comme femmes. Les éléments sont parfois positifs, parfois négatifs, et ceci, que ce soit un homme politique ou une femme politique. Bien sûr, l’analyse ne se fonde sur aucune discrimination entre l’homme et la femme, juste sur l’image que renvoient les politiques cités.

Il est vrai que l’analyse faite sur Huguette Bello est plus qu’objective. Elle dévoile son visage de femme autoritaire et contestataire. Visiblement, cela n’a pas plu à l’élue de Saint-Paul qui, au lieu de faire intervenir son service de presse, déclenche une communication en défense par l’UFR, ce qui n’a vraiment rien à voir avec le sujet.
Cela démontre que l’UFR est instrumentalisée au seul profit d’Huguette Bello. Pire encore, au même moment intervient un drame humain lié aux violences faites contre les femmes, où une femme meurt sous les coups de son compagnon. Pas une réaction de l’UFR, ni d’Huguette Bello qui est restée ce jour-là obsédée, et sûrement très en colère contre ce média qui a osé la juger sous un angle qu’elle n’apprécie pas.
Cela démontre enfin qu’en tant que politique, elle ne supporte ni la critique, ni la contestation par rapport à sa seule parole unique.

Eh oui, les pros de la com’ l’ont bien cernée, c’est elle Huguette Bello.

JJ Grondin



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’homme est un animal doué de raison. C‘est le seul animal ainsi privilégié.Lé sèryé le zafèr.
    L’homme est un animal doué de raison. C‘est le seul animal ainsi privilégié. Oui, mais, cette raison, il ne s’en sert pas ou alor, seulement pour des applications dérisoires. Li lé pa la èk sa. Pour l’esentiel, il est, comme n’importe quel animal ordinaire, soumis à ses pulsions primordiales : l’avidité, la domination, le sexe. Ce sont elles qui le mènent, la raison n’étant là que pour lui donner les moyens de les satisfaire.
    Mi wa ali bien dann in zoo. Dis ero lantré. In pé shèr… Di sak vi vé, mé la pa toulézour i pé gèt an misouk in zanimo rézonab.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com