Di sak na pou di

La droite réunionnaise n’est-elle pas elle-même “exogène” ?

« Développement endogène », dit Sarkozy, mais…

Alain Dreneau / 23 janvier 2010

Un des messages les plus forts qu’a tenu à faire passer le président de la République dans son discours de Saint-Denis a porté sur le « développement endogène ». Un développement endogène, c’est un développement puisant sa source dans les forces propres de La Réunion. L’encouragement présidentiel rejoint là une constante de l’engagement du PCR et de ses alliés en faveur d’un “développement par les Réunionnais et pour les Réunionnais” (1).
Le même jour, une toute première application de cette orientation nous a été donnée au travers d’un bref « écho de la visite » de M. Sarkozy. Elle est d’autant plus intéressante qu’elle nous vient de l’UMP même. Pour bien marquer aux yeux de l’opinion réunionnaise le caractère « endogène » de son action politique — ainsi que son accord avec son président —, l’UMP de La Réunion a bravement décidé de confier le montage de sa liste des Régionales à… un missionnaire débarqué des hautes sphères parisiennes ! (2) Si la contradiction a immédiatement sauté aux yeux des Réunionnais, il semble qu’elle ait complètement échappé à une Droite réunionnaise complètement “exogénéisée” par l’appareil UMP descendu de Paris.

Alain Dreneau,
Le Port

(1) C’était par exemple le mot d’ordre du rassemblement du PCR du 10 février 1985 au Port… il y a 25 ans.

(2)
Intronisé par Marie-Luce Penchard, Ministre de l’Outre-Mer, il se nomme… Jean Simonetti. Ce n’est pas un inconnu à La Réunion. Il a à plusieurs reprises été appelé au chevet d’une Droite réunionnaise naufragée. C’est ainsi qu’il a démontré tout son savoir-faire lors de la récente élection partielle de Saint-Paul, en se faisant l’artisan de l’union au second tour de Bénard et de Melchior !


Kanalreunion.com