Di sak na pou di

La gauche ! quelle gauche ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 14 février 2016

La grande question que se posent les journalistes locaux au sujet des dernières régionales est : pourquoi le PCR n’a t’-il pas voté au deuxième tour pour la “gauche” représentée par la liste Bello Annette ?

La gauche, le mot magique est lâché ! Mais par les temps qui courent on peut s’interroger. De quelle gauche s’agit-il ?

Quelle est la gauche de Madame Bello qui, députée depuis 1997, n’a pas fait avancer d’un pouce la lutte contre les violences faites aux femmes en incitant ses collègues à élaborer une loi cadre en ce sens ?

Quelle est la gauche de Monsieur Annette, maire de Saint-Denis qui soutient le projet dévastateur de la NRL pour bénéficier d’un aménagement de l’entrée ouest de sa ville, au détriment des autres projets routiers de l’île ? Quelle est la gauche de Monsieur Hollande, président « socialiste » de la République qui soutient de façon éhontée les patrons, les financiers, et change de cap dès que des manifestants cassent quelques portiques et ne trouve qu’un changement de constitution pour lutter contre le terrorisme laissant s’installer un débat stérile au lieu de s’attaquer vraiment aux causes profondes de ce même terrorisme ?

Quelle est la gauche de Madame Royal, ministre de l’écologie qui ne bronche pas devant l’apport massif à la Réunion de roches de Madagascar (dégâts dénoncés par Médiapart, enfin) pour la route du littoral, qui laisse les boues rouges d’Altéo se déverser dans les calanques marseillaises et fait toujours des fleurs aux chasseurs tueurs de palombes et de loups ?

Quelle est la gauche des trois écologistes fraichement arrivés au gouvernement qui renient leurs convictions pour un poste ministériel de quelques mois ?

Quelle est la gauche de Monsieur Fabius, nouveau ex-ministre des Affaires Etrangères qui quitte précipitamment sa fonction parce qu’il vise le prix Nobel de la paix pour la COP 21 et qui a louvoyé question politique étrangère, car son souci de ne pas fâcher le gouvernement israélien, l’empêchait de prendre au nom de la France une position ferme et courageuse, destinée à rétablir la paix au Moyen-Orient et à faire avancer le processus de paix israélo-palestinien ?…

Et la litanie de cette question : de quelle gauche parle t’on ? pourrait s’allonger interminablement. Pour finir, il est important de préciser que l’action de voter est particulièrement importante. Le bulletin de vote n’est pas un vulgaire morceau de papier « coulé » dans une urne, essentiellement ces derniers temps pour empêcher l’élection d’un candidat encore plus décrié que son adversaire.

Je trouve que mon bulletin se mérite, je n’ai pas envie de le donner à celle ou celui qui se proclame de “gauche” et ensuite gouvernera en totale contradiction avec ses promesses et fera que le mot “gauche” devienne complètement galvaudé et dénué de sens.

Marylène Berne



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Juste une remarque, paradoxe, le pouvoir affaiblit la gauche. L’unité explose et on revient à la case départ ! Il est vraie aussi, on peut le constater, kisa lé enkor de gauche (tout an etan de gosh, dit-on ,e kisa la préfère les fassilites) oussa noussava ?
    I reste kan même des vrais combattants, sincères dans leurs convictions progressistes, HUmanistes qu’ils au service du plus grand nombre pou de avanser nou t pei

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com