Di sak na pou di

« La mise en place des politiques culturelles de nature à protéger, encourager et enrichir notre patrimoine culturel commun »

EPI : lettre aux responsables des Collectivités locales

Témoignages.re / 11 octobre 2010

À l’occasion de l’Année internationale du rapprochement des cultures, lancée par l’UNESCO le 18 février 2010, notre association Espace pour promouvoir l’interculturel (EPI), a fait parvenir une lettre, en date du 30 août 2010, aux responsables de nos collectivités locales (voir en pièce jointe) en vue d’attirer humblement leur attention sur quelques points que nous estimons nécessaire de prendre en compte dans l’élaboration de toute politique culturelle à La Réunion.

Nous vivons, comme vous le savez, dans une île où cohabitent diverses cultures. Cette diversité culturelle, constitutive de notre identité, est notre bien commun, notre patrimoine commun. Chacune de nos cultures, d’égale dignité, représente un ensemble de valeurs unique et irremplaçable. C’est pourquoi il est nécessaire de les promouvoir toutes dans un esprit de justice et d’équité, afin de permettre à tous et à chacun de s’affirmer et de s’épanouir dans sa culture ou ses cultures. À La Réunion, peut-être plus qu’ailleurs, nous habitons dans plusieurs cultures.

Aujourd’hui, grâce aux efforts des uns et des autres, la reconnaissance et la promotion de notre diversité culturelle, tout comme leur égale dignité, ne souffrent plus de contestation. Mieux, vos collectivités s’engagent, directement et/ou indirectement par l’intermédiaire du soutien apporté à des associations. Est-ce toujours dans un esprit d’égalité et d’équité envers toutes nos cultures ?

Madame, Monsieur, vous ne devez pas oublier que la société réunionnaise est une société inégalitaire, c’est-à-dire qu’un certain nombre d’individus ou de groupes porteurs de culture vivent dans des situations sociales et économiques précaires et n’ont pas, de ce fait, les mêmes chances que d’autres.

Or, vous savez comme nous, que l’échange entre porteurs (individus ou groupes) de cultures différentes, est toujours difficile s’il s’opère dans des conditions d’inégalité sociale et économique. Le dialogue suppose l’égalité. Le dialogue interculturel suppose l’égalité de chances entre individus et groupes porteurs de cultures différentes. Toute politique culturelle digne de ce nom doit en tenir compte.

Par le passé, nos cultures se sont rencontrées et elles ont créé du « commun » : une langue, une musique, une cuisine, etc. Aujourd’hui, nous avons le devoir de nous rencontrer en mettant nos cultures en dialogue en vue de nous enrichir mutuellement et en produisant toujours plus du « commun », une mémoire et une histoire en partage.

À l’occasion de l’Année internationale du rapprochement des cultures, lancée par l’UNESCO le 18 février 2010, notre association Espace pour promouvoir l’interculturel (EPI), demande à nos Collectivités locales la mise en place des politiques culturelles de nature à protéger, encourager et enrichir notre patrimoine culturel commun :
• en donnant à toutes nos cultures singulières la même possibilité de faire entendre leur voix ;
• en répartissant de manière équitable les subventions entre les associations porteuses de différentes cultures ;
• en créant des espaces interculturels ou nos différentes cultures puissent se rencontrer, se rapprocher, partager et s’enrichir ;
• en mettant en place une politique de lutte en faveur des populations défavorisées.

Pour EPI
Reynolds Michel
Le président


Kanalreunion.com