Di sak na pou di

La retraite des indépendants : seulement pour les riches ?

Témoignages.re / 1er juillet 2010

J’ai 61 ans et devrai déjà pouvoir prétendre à la retraite. A l’âge de 57 ans, on m’avait envoyé une première « estimation de retraite ». A ma grande surprise, plus de la moitié de mes trimestres d’indépendant n’avaient pas été validés... J’ai donc recalculé mes droits pour constater que plusieurs avaient été "oubliés". Je demande donc à la Caisse de recalculer, leur montrant mes avis d’imposition pour témoigner de ma bonne foi. Ils me répondent : « vous n’avez pas dû payer toutes vos cotisations ». Après leur avoir démontré le contraire, ils me rétorquent que je n’ai « surement pas dû gagner assez... ». Je leur mets alors mes avis d’imposition sous le nez. A-t-on déjà vu en effet un indépendant déclarer plus qu’il n’a gagné ??? Ils me répondent que « cela ne constitue pas une preuve, que j’ai dû me tromper dans ma déclaration, et que, de toutes façons, leurs administrations ne sont pas transversales... ». Je réussis toutefois à récupérer quelques trimestres....

Pour les trimestres restants, j’attaque le RSI devant le Tribunal administratif : le « pot de terre contre le pot de fer », leur avocat contre un simple quidam... On me répond 2 mois après que comme il ne s’agit que d’« estimations de retraite » et non de « décision de retraite », je n’ai pas de recours puisqu’il ne s’agit que d’une évaluation.... 4 ans après, alors que l’heure de la retraite a sonné, on ne parle toujours que « d’estimation de retraite ». Dérobade donc des institutions.

Alors pourquoi ne pas déposer la demande de retraite ? Tout simplement car à l’heure d’aujourd’hui — et selon eux —, je n’ai pas le nombre de trimestres requis... alors soit j’aurai un fort abattement de ressources, soit il me faudra acheter les trimestres manquants à prix d’or, autrement dit une fortune.

Je sais aujourd’hui que malgré que j’ai cotisé régulièrement, c’est uniquement parce que je n’ai pas gagné suffisamment que je me vois amputé de mes trimestres requis. Mais combien faut-il donc gagner pour pouvoir bénéficier d’une repos bien mérité ?
Aucune réponse à ce sujet du RSI... secret d’État sans doute... alors je pose la question à une radio locale, quand je constate qu’après avoir déclaré 15.000 euros/année, je n’ai eu droit qu’à 2 trimestres validés pour 2009. Quelques minutes plus tard, un auditeur confirme que lui, avec 12.500 euros/an déclaré, il n’a eu aucun trimestre accepté. Conclusion : Ne gagnant pas assez et après avoir cotisé pendant plus de 40 ans, je vais devoir travailler jusqu’à ma mort... à la poursuite de trimestres que je n’aurai jamais !

Combien faut-il donc gagner pour avoir droit à la retraite ?

N’avons-nous pas comme devise de la République le mot "égalité des droits" ? Pourquoi obliger les vieux qui aspirent à une retraite bien méritée à bosser alors que près de la moitié de nos jeunes sont au bord du chemin sans espoir et sans avenir ?

Ne vaut-il pas mieux rester érémiste que lancer son entreprise au risque de travailler jusqu’à ce que mort s’ensuive, ce que semble souhaiter le gouvernement ? Bon courage aux créateurs d’entreprise !

Patrice Louaisel


Kanalreunion.com