Di sak na pou di

La Réunion, sous un régime d’exception ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 22 juin 2015

EELV RÉUNION dénonce avec la plus grande fermeté les propositions indignes émises par Brice Hortefeux, député européen et ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, qui propose le « rétablissement du droit du sang dans des territoires d’outre-mer, comme Mayotte et La Réunion ».

Si on laisse de côté le fait que M. Hortefeux semble ignorer qu’en droit français, droit du sang et droit du sol coexistent, ce discours d’un membre éminent de la droite dite « républicaine » est doublement scandaleux. D‘abord parce qu’il s’inscrit dans une surenchère politique évidente face aux thèses nauséabondes du Front National visant à exclure les étrangers de la vie socio-économique, ensuite parce qu’il laisse clairement entendre que les départements ultramarins pourraient être le terrain d’une expérimentation juridique qui consisterait à substituer le droit du sang au droit du sol avec tout ce que cela sous-entend : pourquoi les départements d’outremer auraient-il un droit de la nationalité différent de celui des départements métropolitains ? Les Français d’outremer sont-ils des Français à part entière ou des « Français entièrement à part » comme le notait ironiquement Aimé Césaire ? Ce débat que voudrait lancer le parti bien mal nommé « Les Républicains » n’a pas lieu d’être dans des territoires qui jusqu’en 1848 ont connu avec le Code Noir une juridiction d’exception de sinistre mémoire ostracisant à La Réunion, plus de 50 % de la population.

Jean Alain Cadet
EELV Réunion


Kanalreunion.com