Di sak na pou di

La Réunion, territoire déséquilibré ?

Correspondant Témoignages / 26 janvier 2016

Autant la machine économique est bien huilée, autant la machine sociale est bien grippée.

Et ce ne sont pas les massifs de fleurs installés dans les villes pour nous faire croire que l’on s’occupe de notre « environnement » qui vont me convaincre du contraire.

Aider à donf la machine économique sous prétexte qu’elle est pourvoyeuse d’emploi, je veux bien, à condition qu’il n’y ait plus de chômeurs. On est loin du compte.

Depuis plus de 50 ans que cela dure, on n’a pas encore compris ? Justement, emmené en bateau depuis si longtemps, je crains que le peuple comprenne, enfin. Et si c’est le cas, nous craignons tous le pire.

Et si les sommes colossales dévolues à la machine économique étaient dépensées plus judicieusement, on pourrait, sans nul doute s’orienter vers le plein emploi.

Ce que ne comprend pas (ou ne veut pas comprendre) l’autorité, c’est que la logique de la machine économique n’a rien à voir avec la logique de la machine sociale. Un salarié, surtout chez nous, dans le monde occidental, ça coûte cher à l’entreprise. On paye d’ailleurs fort cher tous ceux qui sont capables d’augmenter les bénéfices de l’entreprise. Et le meilleur moyen pour y parvenir c’est précisément de réduire au maximum le nombre de salariés.

Autrement dit, les aides et subventions diverses, versées aux entreprises, ont le résultat inverse de celui attendu. Voilà pourquoi le chômage n’est toujours pas résorbé.

Sur une ile comme la nôtre, il est beaucoup plus facile de s’enrichir en important des produits qu’en produisant localement. Aidons ceux qui mettent en valeur notre territoire et son fantastique potentiel, mais n’aidons pas les entreprises à s’enrichir n’importe comment. Là est la seule et véritable solution pour construire un territoire équilibré.

Robin Desforest
Saint-Denis de La Réunion


Kanalreunion.com