Di sak na pou di

La serpillière et le roquet...

Témoignages.re / 24 mars 2010

Le libre choix des électeurs s’est exprimé ce 21 mars et, qu’il nous ait comblés ou frustrés, nous devrions avant tout nous réjouir que cela se soit fait sans fraude, ni violence, signe de bonne santé pour notre vie démocratique.
Ceci acté, comment ne pas regretter ce lâcher de meute sur la personne de Paul Vergès, cette ruée dégoulinante de bêtise et de vulgarité envers un homme dont l’action politique est marquée par le courage militant, l’engagement sans faille au service des plus humbles, l’indépendance absolue vis-à-vis de tous les pouvoirs, la clairvoyance face aux pièges du futur, l’ambition dans les options d’avenir pour La Réunion ?
Que certains estiment que ses choix et ceux de l’Alliance puissent se contester, que d’autres s’attachent à faire valoir des propositions alternatives dignes d’intérêt, c’est, bien entendu, parfaitement acceptable et légitime, mais à condition de ne pas dévoyer l’argumentaire en attaques contre la personne, le débat d’idées en lynchage médiatique.
Les marchands de soupe de certaines radios dites libres, les plumitifs aux ordres qui changent de mangeoire avant même d’avoir avalé leurs dernières bouchées, les experts de tout poil dont la sagacité consiste à exposer péremptoirement les états d’âme de leur nombril, les insulteurs patentés qui jettent l’anathème aussi facilement qu’ils retournent leurs multiples vestes, croient-ils vraiment que c’est élever la conscience politique de l’électeur de base que de l’appeler à se vautrer dans le bouillon de médiocrité qu’ils lui servent à la louche ?
Une militante réunionnaise affirmait, il y a quelques années, qu’en cinquante ans de néocolonialisme, la Droite française n’avait laissé pour alternative à ses adeptes ultramarins que le choix douloureux entre le rôle de serpillière et celui de roquet. On voit aujourd’hui qu’elle commettait une double erreur : certains s’avèrent capables d’incarner les deux attitudes à la fois... et ils ne sont pas tous de Droite.

Raymond Mollard


Kanalreunion.com