Di sak na pou di

La tombe de Toutankhamon

Témoignages.re / 17 août 2012

En 1915, deux distingués égyptologues britanniques, Howard Carter et Lord Carnarvon, rachètent la concession d’un confrère peu inspiré qui pense que la vallée des rois a déjà livré tous ses secrets. Carter est persuadé qu’il n’en est rien et se lance à la recherche éperdue du tombeau de Toutankhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie. Durant sept ans, les fouilles ne sont guére fructueuses et Lord Carnarvon envisage de jeter l’éponge. Ne pouvant se passer de l’aide financière de son ami, Carter le convainc de continuer une année de plus. L’année 1922 touche à sa fin, nous sommes le 6 novembre et Carnarvon, rentré en Angleterre, reçoit un télégramme crypté. Howard Carter lui fait part d’une découverte exceptionnelle effectuée deux jours plus tôt, et l’enjoint à regagner au plus vite la vallée des rois.
Le 23, Lord Carnarvon est de retour sur le site des fouilles. Face à lui se dresse une porte marquée du sceau d’Anubis, qui abrite à n’en pas douter la tombe d’un personnage important. La porte sera ouverte et les merveilles dont regorge le tombeau seront portées aux yeux du monde. Le trône doré, les vases d’albâtre, et, bien entendu, le célébrissime masque mortuaire d’or, de quartz et de verre bleu qui recouvrait la tête et les épaules de la momie s’exposent depuis dans les plus prestigieux musées.
Par la suite, l’opinion publique se réglera d’une improbable « malédiction de la momie » censée frapper de mort tous ceux qui avaient profané la tombe de Toutankhamon.
Cette légende qui débuta le 5 avril 1923 à la mort de Lord Carter mourut d’une cirrhose... plus de dix-sept ans après être entré le premier dans le tombeau du pharaon.

Marc Kichenapanaïdou


Kanalreunion.com