Di sak na pou di

Langue régionale : une volonté d’avancer ?

Témoignages.re / 4 novembre 2010

Au lendemain de la Journée internationale du Créole, la FSU salue l’initiative par Monsieur le Recteur d’Académie de réunir le 29 octobre dernier la Commission académique de la langue et culture régionales après deux années d’inactivité. La FSU se réjouit des avancées dans le 1er degré, notamment concernant les classes bilingues (0 en 2007 et 18 en 2010) et la promesse d’une continuité dans tout le cursus scolaire.

Cependant, malgré la bonne volonté notée du Rectorat, de nombreux problèmes demeurent :

- sur les 138 habilités du 1er degré, 41 ne sont pas face à des élèves ;

- il n’y a pas de communication sur le nombre d’enfants qui suivent réellement l’option LVR

- la situation des TZR (enseignants remplaçants) ne s’est pas améliorée depuis le dernier CALCR de septembre 2008 : pas de rattrapage de poste ; ces enseignants, pour la plupart, n’enseignent que leur valence (français, histoire/géographie, anglais…)

- sur le terrain, les enseignants du 1er comme du 2nd degré rencontrent des difficultés dans l’exercice de leur fonction (harcèlement moral, manque d’accompagnement).

La FSU prend acte des décisions du Rectorat en faveur du développement et de la promotion de la langue régionale dans l’Académie de La Réunion et demande qu’une véritable politique linguistique soit mise en œuvre par l’ensemble des partenaires : Région, Conseil général et Rectorat, cela dans l’intérêt de l’enfant réunionnais.

Pour la FSU Réunion,
Reine-Claude Scotto


Kanalreunion.com