Di sak na pou di

Le mot “culture” a-t-il encore un sens à la Région ?

Témoignages.re / 6 juin 2011

Monsieur le Président du Conseil régional,

Le Chœur Régional est composé de plus d’une centaine de choristes répartis dans les 4 centres pédagogiques du CRR (Conservatoire à Rayonnement Régional) : Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Denis et Saint-Benoît. Depuis sa création en 1989, il consacre essentiellement son répertoire à l’interprétation de grandes œuvres pour chœur et orchestre : le Gloria de Vivaldi, le Requiem de Mozart, le Stabat Mater de Dvorak, le Requiem de Verdi, (…).
Sous la houlette de notre Chef de Chœur, Pablo Pavon, dont il faut souligner la compétence, la haute exigence dans le travail et la passion toujours renouvelée (nous ne le remercierons jamais assez), nous avons atteint, paraît-il, un niveau semi-professionnel. Pour des amateurs, cela fait toujours plaisir à entendre…
Jusqu’à présent, le Chœur a proposé chaque année une à deux prestations. Cette année, il s’agit de deux œuvres de Mendelssohn.

Or, on nous apprend le 31 mai, sans autre commentaire, que les concerts, prévus pour la fin du mois de juin, sont purement et simplement annulés. Après huit mois de travail et de répétitions intenses, y compris les week-ends et les jours fériés, on nous “jette” comme des moins que rien, sans aucune explication !
En tant qu’élèves, nous sommes soumis à des obligations financières et à une obligation de présence. Nous avons toujours respecté nos engagements. Qu’en est-il de ceux — au moins moraux — de la Région à notre égard ?! Un minimum de respect, est-ce vraiment trop demander ?
Il est scandaleux, à la fois pour les choristes, les solistes, les musiciens, et surtout pour le public de La Réunion, d’être mis devant le fait accompli seulement un mois avant.
Depuis 25 ans, ce serait donc la première fois cette année qu’il n’y aurait pas de concerts ?!

Un an après les polémiques qui ont fait la Une des médias sur le fonctionnement délétère du CRR, il n’y a toujours pas de directeur à la tête de cette institution. Et aucune lisibilité, par conséquent, sur les prises de décision à moyen ou long terme. Il y a en particulier, dans l’organisation du Chœur, un dysfonctionnement récurrent, et ce, depuis plusieurs années.
Dois-je rappeler les propos du conseiller régional délégué à la Culture à l’occasion d’un séminaire des élus de la Région à Saint-Philippe le 2 juillet 2010 (“JIR” du 3/07/10) :
« Il y a effectivement un gros problème de management. Mais nous allons également redéfinir complètement la politique culturelle du Conservatoire. Nous allons procéder à une remise à plat de son fonctionnement. Nous mettrons tout en œuvre pour ouvrir davantage le CRR aux enfants de La Réunion, au citoyen lambda ainsi qu’aux associations et aux musiciens de l’île, qui doivent s’approprier cet outil qui est le leur ».
Les paroles — et les promesses des politiques — sont-elles comme les notes de musique : elles s’envolent, elles aussi ? Un an a passé : à notre niveau, rien n’a changé. Si : c’est pire !
Nous sommes, comme les musiciens, comme les solistes, comme le public réunionnais, les otages d’une situation calamiteuse qui n’est pas de notre fait.
Par conséquent, nous ne pouvons accepter cette annulation pure et simple.

Par ailleurs, les propos du conseiller à la Culture, mal interprétés, pourraient poser question.
Alors je voudrais, quitte à mettre un peu les pieds dans le plat, rassurer tout un chacun sur deux points essentiels à mes yeux :

1) les membres du Chœur Régional sont tous des « citoyens lambdas », des Réunionnais comme les autres, adultes ayant des responsabilités professionnelles et familiales qu’ils sont bien contraints de gérer pour honorer leur engagement.
Reflet de notre belle diversité réunionnaise, c’est un curieux mélange de gens d’horizons et de professions très divers, du chirurgien au coiffeur en passant par l’apothicaire (votre serviteur), l’institutrice, le chômeur, la mère de famille, l’inspecteur des Impôts, le carreleur, etc. Tous unis dans une même passion, à nous indispensable : chanter, chanter, mais surtout... chanter.
Et le principal, ce qui change vraiment tout, en fin de course, après tous ces mois de travail, savoir que, peut-être, si on est “bons”, on fera plaisir au public.
Vous ne pouvez pas imaginer, Monsieur le Président, ce que ça fait, quand on a terminé — épuisés, mais heureux — deux heures de concert de voir des gens contents à cause de ce que vous leur avez donné, de ce qui s’est passé entre eux et vous ce soir-là. C’est merveilleux.
On se dit qu’on a vraiment servi à quelque chose, on se sent comme sur un nuage. Et ça, ça vaut de l’or... Alors, nous en priver après tout ce “boulot”, non, vraiment, ça ne passe pas !

2) la musique est bien un phénomène universel. Mozart et Vivaldi ont peut-être le tort de ne pas être nés réunionnais, ils peuvent émouvoir n’importe qui...
C’était à notre concert de 2009 en l’Eglise du Chaudron. Nous venions de terminer le "Gloria" de Vivaldi. Après plusieurs rappels, et une ovation debout, le public commence à s’en aller.
Une petite vieille est là au milieu des bancs, tremblante sur ses jambes frêles, soutenue par sa fille. Elle avait voulu attendre, pour nous voir tous partir. Je m’arrête : « Alors Madame, ça vous a plu ? ». Les yeux brillants, elle me répond aussi sec : « Oté, ça l’était gaillard ! Té vraiment gaillard ! ». Je vous avoue que je ne n’ai pas su quoi dire.
Je l’aurais bien embrassé, la petite vieille. Je n’ai pas osé. Convaincu, moi, d’avoir participé au spectacle, du haut de mon 1 mètre 87 et de mes quelques certitudes je me suis senti un peu couillon, tout d’un coup. Avec son enthousiasme juvénile à 80 balais passés, pour une culture qui n’était pas forcément la sienne, elle venait de me donner une sacrée leçon de vie...

Je vous remercie par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à cette modeste épître.

Je reste confiant dans l’avenir du Chœur Régional et dans le fait que vous saurez trouver une solution à court terme pour le maintien de nos concerts aux dates prévues.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression mes sentiments respectueux.

Didier Dérand
Membre du Chœur Régional
Chevalier de l’Ordre National du Mérite


Kanalreunion.com