Di sak na pou di

Le mot magique

Dire « merci »

Témoignages.re / 24 août 2009

- « Qu’est-ce qu’on dit ? », « As-tu oublié le mot magique ? »

- « Merci. »

Une mère, un père apprend, doit apprendre à son enfant à dire « merci ». Ce n’est pas évident. L’enfant ne comprend pas forcément pourquoi il doit dire « merci ».

« La gratitude ne « vient pas naturellement » aux enfants : il faut apprendre aux enfants d’abord à dire des mots de remerciement ; puis, plus tard, leur faire comprendre ce que ces mots signifient. » (Margaret Visser, The Gift of Thanks, Harper Collins)
Apprendre à dire « bonjour », c’est plus facile. L’enfant à qui l’on dit « bonjour » n’a qu’à répéter le mot qu’il vient d’entendre.
Mais dire « merci », c’est plus compliqué. L’enfant doit-il dire « merci » chaque fois qu’il reçoit quelque chose ?
Et puis, les adultes ont des comportements bizarres. La personne qui vous donne un cadeau serait peinée si vous ne lui disiez pas « merci ». Pourtant, si c’est vous qui lui donniez un cadeau, elle vous répondrait : « Fallait pas déranger ! »

Le don et la reconnaissance
Nous recevons beaucoup de choses gratuitement, pendant toute notre vie. Même sans en demander et sans en rechercher.
Pourquoi apprendre à dire « merci » ? Au fond, apprendre à dire « merci », c’est partager la générosité de la personne qui vous a donné quelque chose. Vous n’avez pas besoin de lui faire un don à votre tour, mais vous devez montrer au moins que vous appréciez son geste. « La gratitude allège le poids de l’obligation de rendre et oriente celle-ci qui a suscité le don initial. » (Paul Ricoeur, Parcours de la reconnaissance, Stock)
La gratitude est une réponse. La personne qui reçoit et qui se montre reconnaissante participe au geste du don.

La gratitude et la grâce
Après une naissance, un beau voyage, ou quand vous recevez un grand geste d’amour, vous ressentez de la gratitude.
La joie que vous éprouvez vous inspire de la reconnaissance : « Merci, la vie ! »
Le croyant dira  : « Merci, la Vie ! » Le cœur de la vie chrétienne n’est-il pas l’Eucharistie, l’action de grâce ?
La gratitude ne se vit pas seulement les jours de grand bonheur… Dieu merci !
Christiane Singer, souffrant d’un cancer qui l’emportera le 4 avril 2007, écrit son journal à l’hôpital. Elle y raconte ses grandes souffrances, mais surtout le sentiment de vivre une croissance spirituelle : « Quelque chose en moi sent obstinément que le plus important est de louer jusqu’au bout, de célébrer jusqu’au bout. Tout en dépend. » (Christiane Singer, Derniers fragments d’un long voyage, Albin Michel)
Et son journal se termine par ces mots : « Du fond du cœur, merci. »

Il y a le « merci » « foutan » créole de la personne qui vous lance : « Merci, mon Dieu Seigneur, mi oubliera jamais, na un jour i appelle demain… » Il y a aussi le « merci du fond du cœur ». Je préfère ce délicat « merci du fond du cœur ». Ce « merci »-là fait vibrer le cœur et cela fait du bien en-dedans. Un « merci », c’est facile à dire. C’est un mot aimable qu’il suffit de le graver dans notre vocabulaire, notre dictionnaire du quotidien. Un « merci », c’est comme un « bonjour » : « l’est né avant nous, comme le respect… », comme dit le créole.

Parents, apprenez à vos enfants à dire « merci » et aussi à apprendre que si, parfois, un « merci » ne semble pas suffire, il suffit de le dire en y ajoutant un mot (par exemple, « merci beaucoup », « merci infiniment ») ou une émotion.
Et, lecteur, de m’avoir lu, je vous dis merci beaucoup (car, le meilleur ami de « merci » est « beaucoup ») ! Une phrase que je répèterai à l’infini. Et ce, sans spécialement attendre de merci. Et je me dois aussi de dire : merci mon Dieu de m’avoir inspiré ! Car, il n’est que du Très-Haut que je suis à la merci, Lui qui détient la conclusion du combat sans merci que nous livrons pour demeurer ici-bas…

Marc Kichenapanaïdou


Kanalreunion.com