Di sak na pou di

Le sénateur et les abeilles

Marylène Berne / 1er juin 2016

Depuis 1994 l’usage des pesticides néonicotinoïdes est autorisé en France et c’est une véritable catastrophe pour les abeilles et l’environnement. En effet on est passé de 387 tonnes de ce pesticide en 2013 à 508 tonnes en 2014 ce qui provoque non seulement la disparition de 300 000 colonies d’abeilles par an dans notre pays mais aussi une grave atteinte à notre santé puisque nous consommons des produits issus d’une terre et d’une eau contaminées. La diminution énorme du nombre d’abeilles qui permettent la pollinisation, entraine une baisse de la production de nombreux fruits et légumes.

La dénonciation de la dangerosité de ce produit utilisé à outrance dans l’agriculture a permis que l’Assemblée Nationale vote le 17 mars pour son interdiction.

Hélas, les sénateurs, le 12 mai, n’ont pas eu la sagesse de leurs collègues députés et se sont prononcés contre l’interdiction de ce poison. Nous avons quatre sénateurs réunionnais : Messieurs Fontaine et Vergoz se sont abstenus, Monsieur Vergès a voté pour l’interdiction et Monsieur Didier Robert a voté contre. Il a dû oublier avoir été maire du Tampon, une ville qui organise avec succès depuis des années une manifestation dédiée aux agriculteurs et se nommant « Miel vert ». De plus, son conseiller en “écologie” monsieur Defaud, tout occupé à critiquer les maires de certaines communes, a raté l’information car, responsable de « Réunion ecolo » il se devait d’être en première ligne pour que le produit « tueur d’abeilles » fabriqué par le puissant lobby Bayer soit interdit dans notre pays. Quel manque de réaction !

Pour tous ceux, citoyens responsables, qui s’inquiètent de l’avenir de la planète et par conséquent des générations futures, l’association Pollinis a mis en ligne une pétition qu’il serait urgent de signer.

Marylène Berne


Kanalreunion.com