Di sak na pou di

Le temps béni des colonies

Témoignages.re / 18 juillet 2011

Les Réunionnais, comme les Français de l’hexagone, souffrent des difficultés économiques et sociales que connaît la France. Au moment où une crise financière majeure menace l’Europe, l’humeur n’est pas à la joie ; et dans le contexte de rigueur budgétaire, le gouvernement a opportunément décidé d’annuler les garden party du 14 Juillet de l’Élysée et des ministères. Il y aurait en effet quelque chose d’indécent d’organiser des fêtes somptuaires et fastueuses dans un tel contexte.

Mais à La Réunion, c’est le poids de la société et des mentalités coloniales qui priment. C’est ainsi que la garden party du 14 Juillet organisée dans les jardins de la Préfecture à été maintenue. Il n’était pas question de priver de petits fours et coupes de champagne la gent masculine cravatée et la gent féminine chapeautée ou haut perchée !
Il faut quand même respecter les traditions et bien marquer les frontières des 2 mondes de la société réunionnaise : celle de l’abondance d’un côté, déambulant dans les jardins coloniaux, et à l’extérieur, celle des 52% au dessous du seuil de pauvreté.
Décidément, la société coloniale ou postcoloniale est toujours caricaturale et elle trouve toujours le moyen de s’illustrer. Même et surtout lors de la fête républicaine du 14 Juillet : vous avez dit "liberté, égalité, fraternité" ? Mais bien sûr, cette garden party, c’était pour valoriser ces valeurs ! Ce ne serait pas très républicain d’en douter…

A.P.


Kanalreunion.com