Di sak na pou di

Le vrai secret de l’histoire

Témoignages.re / 1er septembre 2010

« Un lièvre en son gîte songeait/(Car que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe ?) ;/Dans un profond ennui ce lièvre se plongeait ». C’est en regardant à la télévision ce groupe de jeunes filles et de jeunes garçons confinés à l’intérieur d’une grande maison, sorte de château où ils peuvent être observés à loisir comme des poissons dans un bocal, que ces vers de La Fontaine me sont revenus en mémoire.
Mais à la différence du lièvre de la fable, ils ne donnent pas l’air du tout de s’ennuyer ; et c’est là le hic ! Bien au contraire, ils semblent se prêter de bonne grâce à ce jeu puisqu’ils passent de longues heures à ne rien faire, sauf à déambuler ou à errer de pièce en pièce, à s’allonger ou à se prélasser parfois à même le sol, à se faire des câlins, à causer pour remplir le temps, à se chamailler, à se disputer, afin d’arriver à se supporter les uns les autres. Parfois, une voix étrange, un peu railleuse, venue d’ailleurs, les sort de leur désœuvrement, leur débitant souvent des niaiseries et leur proposant des jeux sans queue ni tête.
Mais qu’est-ce qui peut bien pousser ces jeunes gens à participer sans broncher à une telle expérience, menée rondement sur TF1 sous le nom de “Secret story”, surtout à leur âge où ils ont le plus besoin de grand air, de liberté et d’activité ? Et d’où vient cet engouement des téléspectateurs pour ce genre de spectacle ? Il doit bien y avoir un secret. On voudrait nous détourner de la réalité pour nous faire entrer dans un monde virtuel dans lequel nous perdrions tout ou partie de notre volonté et de notre esprit critique, qu’on ne s’y prendrait autrement. « C’est une entreprise de décervelage », m’a dit sans hésiter un ami, en oubliant toutefois de me préciser qui tire les ficelles. Mais le côté le plus pervers est dans cette compétition habilement entretenue et qui n’est pas sans rappeler celle qui règle en permanence la société marchande où l’individualisme est porté à l’extrême, ici jusqu’au au narcissisme… et dans ce voyeurisme qui guette à tout instant le téléspectateur-consommateur. Le vrai secret est donc une affaire d’argent, et c’est La Voix qui est chargée justement de faire monter les enchères !
Il y a un siècle, le philosophe Alain lançait cet avertissement : « L’immense danger, et l’urgence, toujours aussi pressante de tirer l’humanité de la barbarie proche, commandent d’aller droit au but humain ». C’était avant la guerre 14-18 et les effroyables tragédies qui ont endeuillé l’Europe et le monde, qu’elles s’appellent nazisme, fascisme ou stalinisme. Au moment où la mondialisation capitaliste poursuit sa progression, crise ou pas crise, apportant d’une main luxe et profits à quelques-uns et, de l’autre, gêne et misère au plus grand nombre, jusqu’à mettre en péril toute l’humanité, puisse-t-il être enfin entendu !

Georges Benne


Kanalreunion.com