Di sak na pou di

Les ennemis du développement durable

Témoignages.re / 18 mars 2011

Alors qu’il y a un an à peine, Nicolas Sarkozy venait inaugurer la ferme photovoltaïque agri-solaire Akuo de Saint-Pierre et donnait la possibilité à La Réunion d’investir dans l’énergie renouvelable et le développement durable, il signe aujourd’hui son arrêt de mort.
En effet, le projet GERRI (Green energy revolution in Reunion Island) créé en 2008 et la mise en place d’une législation favorisant l’investissement des entreprises et des particuliers dans les énergies renouvelables permettaient à La Réunion de pouvoir investir dans des énergies « propres ». L’ancienne majorité avait pour objectif de faire de La Réunion une île autonome énergétiquement, mais uniquement avec des énergies sans danger pour l’environnement, ce qui permettait donc de pouvoir mettre un terme d’ici à 15 ans aux énergies fossiles polluantes et dangereuses. Ceci permettait également de créer des emplois et de permettre aux foyers de défiscaliser et donc de pouvoir rentabiliser leur investissement. La Réunion était citée en exemple avec comme surnom : « le laboratoire vert ».
Mais c’était sans compter l’intervention des destructeurs de l’UMP, les ennemis du développement durable, pour tout faire capoter. Leur but aujourd’hui est de freiner le développement de La Réunion, mais également de priver La Réunion de l’autonomie énergétique. C’est chose faite avec la destruction du projet GERRI, l’arrêt des grands chantiers tels que le tram-train, l’anéantissement de tout un secteur, et, cerise sur le gâteau, la création d’encore plus de chômage dû à la fermeture actuelle de nombreuses entreprises qui avaient investi dans les panneaux photovoltaïques. Avec l’autonomie énergétique, 15.000 emplois auraient été créés.
Didier Robert, en tant que membre du bureau politique de l’UMP, approuve les décisions prises par son parti et est donc responsable du désastre que nous vivons actuellement par l’arrêt de ces grands projets. Il détruit sciemment petit à petit l’avenir de chacun de nous !
Nous ne pouvons rester muets et devons dénoncer ces pratiques. Nous ne pouvons les laisser condamner La Réunion, et en particulier les jeunes d’aujourd’hui qui paieront toute leur vie les conséquences de ce désastre.

Mélanie Pierret


Kanalreunion.com