Di sak na pou di

Les exactions d’une guerre lancée par les riches

Témoignages.re / 17 janvier 2012

Beaucoup de Réunionnais, comme tous les peuples du monde — y compris des citoyens des États-Unis d’Amérique — ont été indignés par le comportement de quatre militaires de ce pays ayant récemment uriné sur des cadavres de talibans en Afghanistan. Ce geste scandaleux a été filmé par un vidéaste amateur et il est montré sur une photo qui circule sur les divers sites médiatiques d’Internet.
On ne peut que partager l’indignation provoquée par cette affaire scandaleuse, qui montre notamment le mépris de certains guerriers envers leurs ennemis et nous ne pouvons qu’être solidaires des citoyens du monde qui ont dénoncé comme les talibans cet « acte barbare » et « sauvage ». D’autant plus que « sur les dix dernières années, il y a eu des centaines d’actes similaires qui n’ont pas été révélés », selon un des porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahed.
En même temps, ce mépris inhumain de représentants d’un État impérialiste qui prétend apporter la civilisation et la démocratie en Afghanistan peut nous faire penser à un autre problème encore plus dramatique, mais trop souvent oublié : c’est celui de la faim dans le monde, qui tue notamment 10.000 enfants chaque jour. Sans oublier toutes les autres formes de misère et de non-respect des droits humains, surtout ceux des plus pauvres.
Comme l’a rappelé samedi dernier "Témoignages" dans une page consacrée au combat du Mouvement ATD Quart Monde, la pauvreté qui frappe une grande partie de l’Humanité exprime non seulement une violation des droits fondamentaux des victimes de ce système, mais encore un mépris de la dignité de ces personnes. Et cela est d’autant plus scandaleux qu’au même moment, les riches deviennent toujours plus riches, avec des inégalités qui ne cessent de s’aggraver entre les humains.
Le mépris des classes dominantes dans le domaine culturel, avec la défense de soi-disant inégalités entre les cultures, les langues, les religions, les identités culturelles, etc., se retrouve chaque jour également sur le plan social. Ce sont les plus riches qui ne cessent de martyriser les plus pauvres. Stop avec cette barbarie du système capitaliste !

Loran Sparton,
Le Port


Kanalreunion.com