Di sak na pou di

Les lois pour le bonheur de tous, avec tous ?

Témoignages.re / 17 octobre 2012

C’est le sens qu’ont voulu donner les représentants du peuple français constitués en Assemblée nationale le 26 août 1789 en votant la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen « Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements ».

Qu’est-ce que cela veut dire quand les médias nous annoncent :
1 - Qu’une troisième loi de décentralisation pour la démocratie territoriale sera présentée au Parlement en novembre 2012
2 - Qu’un projet de loi sur la Politique de la Ville sera déposé début 2013
3 - Q’un projet de loi contre la vie chère est en cours
4 - Qu’une Conférence économique et sociale de l’Outre-mer devrait se dérouler à La Réunion les 29 et 30 octobre prochain…

Le Président du Conseil Economique et social de La Réunion (un corps intermédiaire incontournable) précise à juste titre que pour le projet de loi contre la vie chère « le citoyen lambda ne s’y retrouve pas »… et estime, pour ce qui est du point 4 que « la plupart des membres n’apprécieraient pas que cette manifestation soit organisée dans la précipitation ».

Pour la Politique de la Ville, le Ministre Lamy annonce à Roubaix ce 11 octobre qu’il y aurait nationalement 3 groupes de travail, et que des débats citoyens seraient organisés dans plusieurs villes de France, le tout devant être réglé pour le 3 décembre (qu’en sera-t-il à La Réunion en France ?).

Quant à la loi de décentralisation qui a fait l’objet d’"Etats généraux des territoires" sur laquelle l’Adelroi a produit, depuis plus d’un an, des propositions transmises aux députés (sans réponse) par rapport notamment à l’adaptation des lois de la République pour notre territoire, il n’y a guère que le Sénateur Vergès pour formuler publiquement son analyse, qui a le mérite d’exister.

Et voilà que notre Président annonce le report des élections cantonales et régionales en 2015, et un nouveau découpage des cantons, sans que nos représentants partagent avec nous leur avis.
« Ignorance » ? « Oubli » ? « Mépris » ?

Une lettre récente d’Adelroi à nos députés reprenant nos propositions précises sur l’exercice de la démocratie locale n’a pas, pour l’instant, suscité plus d’enthousiasme.

Tapons une fois de plus sur le clou de l’article 6 de la déclaration de 1789 « La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation ».

Chers représentants, nous ne voulons plus vous laisser seuls pour cette formation. Nous voulons délibérer avec vous, en organisant des débats permettant une discussion équitable, sans neutraliser la critique publique. Nous ne pouvons certes pas être tous d’accord sur les décisions à prendre par rapport aux projets de lois précités, mais tous les intérêts et valeurs doivent pouvoir être défendus dans des débats contradictoires. Avoir le droit de vote ne suffit pas pour une démocratie en vie, dont de plus en plus de citoyens réunionnais ont envie.

 Marc Vandewynckele
Association pour la démocratie locale à La Réunion et dans l’Océan Indien
 


Kanalreunion.com