Di sak na pou di

Les Makis de Biosphère-2

Témoignages.re / 17 janvier 2012

Au début des années 90, sur les quelque 4.000 espèces introduites dans le système écologique clos de Biosphère-2, environ 2.500 ont survécu aux deux années passées dans la bulle de béton, d’acier et de plexiglas. Les huit humains sont l’espèce qui a le plus bouleversé l’environnement intérieur et produit le plus de déchets. L’autre espèce qui a posé le plus de problèmes, ce sont... les makis !

Il y avait au départ de l’expérience deux makis de Madagascar, et puis il y en a eu quatre quand le couple initial a fait des petits. Le gros problème, c’est que les makis avaient les mêmes goûts alimentaires que les humains et surveillaient attentivement les mêmes régimes de bananes, avec l’avantage d’une agilité incomparable... La question a été partiellement résolue quand les deux jeunes makis, à la curiosité insatiable, ont pénétré dans les sous-sols techniques et se sont proprement électrocutés en ouvrant une armoire de distribution...

C’est fou ce que les makis peuvent ressembler aux humains, et la solution finale envisagée pour les makis de Mayotte fait un peu froid dans le dos, dans la mesure où les problèmes de surpopulation ne leur sont pas exclusifs. A l’échelle globale de l’humanité, ce que l’on a appelé la bombe "P" est loin d’être désamorcée, et nul n’oserait penser à une application planétaire de la solution envisagée à Mayotte... Ceci dit, à bien y réfléchir, je trouve quand même inquiétante la prolifération des administratifs bureaucrates discrets capables (coupables ?) de proposer de telles solutions. Ils ont heureusement la chance que personne n’ait encore imaginé de faire un safari !

Par Gardien de Volcan


Kanalreunion.com