Di sak na pou di

Les rêves, l’individuation et de nouvelles solidarités ?

Frédéric Paulus / 19 août 2017

JPEG - 17.3 ko

Comment parler d’individuation et réaliser ses rêves sur une île qui vit sous perfusion d’argent public, où 60 % des jeunes de moins de 25 ans qui quittent le monde scolaire sont inscrits à Pôle Emploi ?

Avec notre sens commun de l’intérêt public, il nous faudrait prendre conscience de la gravité de la situation et imaginer de nouvelles solidarités. Les acteurs qui disposent de revenus conséquents ne pourraient-ils pas s’engager à redistribuer une partie de leurs revenus, spontanément, en transitant par des associations déjà existantes, sous la supervision des agents publics assurant la transparence dans ces transferts de fonds et de leurs utilisations, et les bénéficiaires, de s’engager à produire des résultats palpables, les uns se faisant connaître des autres.

Prenons l’exemple des emplois aidés. Les bénéficiaires pensaient trop souvent que cet argent était un dû qui pouvait être perçu, par certains comme l’achat d’une paix sociale. La vraie solidarité ne devrait-elle pas mettre des visages sur l’identité des donateurs et des bénéficiaires, et générer de nouvelles solidarités humainement engageantes de part et d’autre ?

Imaginons une Bourse du travail et des solidarités comme lieu de rencontre ? Qu’en pensez-vous ?

Frédéric Paulus


Kanalreunion.com