Di sak na pou di

Lettre ouverte au Député-maire de Saint-Joseph, M. Patrick Lebreton

Témoignages.re / 22 avril 2013

JPEG - 19.8 ko

Monsieur le Député-maire,

Samedi soir, lors de l’émission “Kabar” diffusée en direct sur la chaîne publique locale, vous avez porté à l’égard de notre organisation et de certains de nos responsables un certain nombre de propos, dont des attaques personnelles.

Avant de vous apporter quelques éléments de réponses, nous tenons à vous remercier de l’attention, même malsaine, que vous nous portez. Nous soulignons également votre courage politique de nous attaquer en notre absence.

Monsieur le Député-maire, s’agissant des attaques personnelles d’abord, au-delà de la bassesse, nous considérons qu’elle est la réponse que l’on apporte lorsque l’on n’est incapable de répondre idéologiquement. Nous tenons cependant à vous indiquer que vos déclarations sont de pures calomnies et que les responsables de l’organisation visés par vos déclarations se tiennent à votre entière disposition pour vous apporter une vision réaliste des choses dont vous êtes bien éloigné.

Monsieur le Député-maire, vous estimez avoir été «  agressé  » par nos récentes interventions indiquant que nous ne nous serons pas satisfaits d’un énième rapport et de mesurettes. Nous devons vous avouer avoir beaucoup de mal à situer le moment où nous avons porté une agression, sauf si vous considérez comme telles la défense des idées qui ne correspondent pas forcément aux vôtres et l’idée que les parlementaires doivent se battre pour les intérêts des Réunionnais. Ce n’est en tout cas pas notre vision de l’agression. Par ailleurs et contrairement à vous, nous n’avons pas mémoire de vous avoir porté une quelconque attaque personnelle.

Monsieur le Député-maire, par la suite et dans votre lancée, vous avez avancé que nous sortions «  des prétextes, des mots de vieux  » en donnant l’exemple des fois où nous appelions à «  des réponses concrètes  ». Là encore, monsieur le Député-maire, nous ne voyons pas en quoi la réclamation de mesures concrètes sur un problème qui dure depuis des années est vieillissant.

Monsieur le Député-maire, nous suivons régulièrement vos interventions et positionnements, nous nous pressons de rire lorsque qu’un parlementaire soi-disant progressiste insinue une idéologie vieillissante alors même que lui :

- a refusé de voter contre le Traité européen non renégocié il y a quelques mois, condamnant les pays à l’austérité et, de facto, les populations à la misère,

- a refusé de voter le projet de loi pour le droit au mariage pour tous et a déjà indiqué qu’il ne célébrera pas de mariages homosexuels, car cela va l’encontre de ses «  convictions personnelles  »,

- a refusé de respecter les engagements de son parti concernant le non-cumul des mandats dès septembre 2012.

Monsieur le Député-maire, nous vous avouons qu’en termes de vision progressiste et moderne, nous avons déjà vu beaucoup mieux.

Monsieur de Député-maire, vous avez également indiqué que vous souhaitez écouter ceux qui ont des propositions. Nous avons l’honneur de vous apprendre que notre «  zafair  » appelé Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion serait ravie de vous faire part des suggestions qu’elle a sur le sujet. C’est l’esprit de la demande d’audience que nous vous avons transmise au mois de janvier et pour laquelle vous n’avez même pas eu la politesse de répondre.

Monsieur le Député-maire, cela fait désormais des années que nous travaillons et militons pour la priorité à l’embauche des Réunionnais, c’est une lutte difficile et qui est chère à notre organisation. Le contexte économique et social à La Réunion, vous n’êtes pas sans le savoir, est extrêmement préoccupant. En plus des spécificités évidentes de notre territoire, nous sommes frappés par une situation tristement exceptionnelle. A ce titre, nous réclamons des mesures exceptionnelles, notamment pour que les Réunionnais d’ici ou d’ailleurs puissent occuper les postes disponibles sur l’île et contribuer au développement du pays.

Monsieur le Député-maire, vous avez été missionné récemment sur la question, et même si nous avons conscience que c’est une tâche difficile, nous considérons également qu’elle représente une opportunité certaine de faire enfin avancer réellement les choses. Aussi, c’est pourquoi nous avons déclaré que nous n’attendons pas de ce rapport un simple état des lieux de la situation, qu’il doit être aussi source de propositions, que nous devons tout mettre en œuvre pour l’application effective de la priorité à l’embauche des Réunionnais. C’est à ce moment bien précis que nous pourrons être satisfaits. Nous pensons donc ce rapport comme une étape, un moyen et non une fin.

Monsieur le Député-maire, nous regrettons vivement qu’avant même de démarrer cette mission, vous vous soyez fixé un nombre de propositions et un champ d’intervention limité. Ceci étant, vos déclarations nous confortent encore un peu plus dans notre idée de la nécessaire mobilisation et même de son renforcement. Samedi soir, vous avez donné raison à nos craintes d’avoir un rapport au rabais.

Monsieur le Député-maire, ce qui suit n’est pas une agression, mais soyez sûrs que nous ne pourrons pas nous satisfaire d’un tel résultat et que nous nous battrons, ne vous en déplaise.

L’AJFER – Nou Lé Kapab


Kanalreunion.com