Di sak na pou di

Lettre ouverte aux faiseurs d’opinions

Témoignages.re / 10 mai 2013

Depuis que j’ai rendu publique ma décision de ne pas me présenter aux élections municipales de 2014, divers commentaires ont été publiés à ce sujet dans les médias. Un bel exercice de démocratie qui a cependant ses revers. Le premier étant l’anonymat de certains courriers des lecteurs. Cet anonymat qui permet de faire sauter les verrous implicites que nous dicte notamment la notion de respect, ou encore celle de la mesure.

Cette liberté d’expression, qu’elle s’exerce sous le sceau de l’anonymat ou à visage découvert, signe de vitalité d’une société, requiert cependant un minimum de règles afin que son exercice ne bascule ni dans la démagogie, ni dans la manipulation, et que la bonne foi et la crédibilité des auteurs ne soient de fait disqualifiées par ces excès.

Je constate malheureusement qu’au nom de la liberté d’expression, on assiste de plus en plus à un déferlement de commentaires ou courriers des lecteurs suscités par des fantasmes et des règlements de compte sur fond de polémiques politiciennes dont les enjeux sont exacerbés par l’approche des élections municipales.

Que chacun s’exprime dans le cadre d’un débat démocratique avec en arrière-plan la campagne électorale est somme toute louable et bénéfique. Cependant, je déplore l’utilisation abusive de références à ma décision de ne pas me représenter ainsi que les interprétations tendancieuses qu’en font certains. Cette décision m’appartient et je ne reconnais à personne le droit de l’utiliser comme argument contre tel ou tel personnage politique, quelle que soit son appartenance idéologique.

Aux commentateurs, anonymes ou non, qui me citent en exemple pour mieux jeter le discrédit sur d’autres, notamment par rapport à ceux qui ont choisi de poursuivre leur engagement politique en sollicitant un nouveau mandat, je me permets de rappeler que la loi ne fixe, jusqu’à maintenant, aucune limite au nombre de renouvellement d’un mandat. Ainsi Aimé Césaire a été maire de Fort-de-France pendant 56 ans. Jacques Chaban-Delmas a été maire de Bordeaux pendant 48 ans.

La sanction des urnes est seule juge.

Jean-Yves Langenier,

Maire du Port


Kanalreunion.com