Di sak na pou di

Merci pour le compliment, mais il ne fallait pas…

Courrier des lecteurs de Témoignages / 21 juillet 2016

Une lettre actuellement envoyée aux militants du PCR pour tenter de les recruter dans un nouveau parti politique inspire plusieurs questions, comme l’origine et la propriété du fichier d’adresses utilisé ou le payeur de l’expédition qui a eu lieu à partir de Paris. Je réagirai cependant à l’évocation faite d’une de mes tribunes libres pour tenter de maladroitement masquer l’impétueuse arrogance du signataire.

Ce dernier prétend se défendre d’avoir insulté Paul Vergès [en ayant voulu] « dire tout simplement que la référence historique utilisée (…) dans un article (…) du 23 décembre signé de la main du fils d’Ary (…) venait surement de Paul Vergès », et de rajouter « Tous ceux qui ont lu cet (…) article de Philippe Yée-Chong-Tchi-Kan auront compris mes propos ».

Ce faisant, premièrement, il considérait donc que l’importance de sa personne aurait mérité de la part de Paul Vergès un exercice de référence historique. Heu… Comment dire ? L’âge du signataire m’obligeant à un certain respect, je me tairais sur la qualité de cette appréciation de soi-même.

Deuxièmement, en confondant l’auteur de l’article indiqué, le signataire, dont on ne peut douter de la parfaite connaissance de l’esprit de Paul Vergès, me fait le compliment de placer la qualité de ma réflexion au même niveau que celle du leader historique du PCR. C’est trop d’honneur. J’en rougis. J’écrase une larme. *snif*. Merci.

Philippe Yee-Chong-Tchi-Kan,
Heureux Réunionnais, Citoyen Terrien


Kanalreunion.com