Di sak na pou di

Mgr Aubry : « Eid moubarak… et paix ! »

Message de l’évêque de La Réunion aux musulmans

Témoignages.re / 28 juillet 2014

A la fin du mois de Ramadan, je souhaite Eïd-Moubarak à tous les musulmans de La Réunion. Que votre fête soit vraiment bénie pour que les grâces reçues en ce temps particulier de jeûne, de prière et de partage portent du fruit tout au long des jours à venir. Que Dieu vous bénisse et nous bénisse tous à La Réunion et dans le monde.

Gardons en mémoire la rencontre historique, prophétique, entre le pape François, Shimon Peres, Mahmoud Abbas à Rome le 8 juin, avec les délégations d’Israël et de Palestine. Cette rencontre s’est tenue à l’invitation du pape après son voyage au Proche Orient du 24 au 26 mai 2014. Le monde entier a senti ou pressenti que ces moments étaient traversés par le souffle de l’Esprit de vie qui est aussi l’Esprit de paix.

Gardons-nous cependant de qualifier le conflit israélo-palestinien de guerre de religion avec d’un côté soi-disant les Juifs de confession judaïque et de l’autre, soi-disant les Palestiniens de confession musulmane. Cela ne correspond pas à la réalité qui est beaucoup plus complexe. La question n’est pas d’abord religieuse. Elle est avant tout politique. Le Gouvernement israélien, jusqu’à présent, n’est pas disposé à vouloir la paix. C’est l’inverse. Et ce Gouvernement fait peu cas des Juifs qui veulent la paix. De l’autre côté, l’action d’extrémistes à partir de la Palestine sert de prétexte à l’armée israélienne pour le bouclage intégral de la bande de Gaza et le pilonnage des cibles tant militaires que civiles. Le peuple palestinien – où il y a aussi des chrétiens arabes – serait-il un peuple à affamer, à soumettre à tous points de vue, à humilier. A éliminer ? Cela doit cesser. Nous sommes très nombreux à le penser.

Le conflit dure depuis 1967. L’AMR (Association Musulmane de La Réunion) a rappelé que l’on doit mettre fin à « la colonisation des territoires occupés ou annexés à Jérusalem – Est, en Cisjordanie et à Gaza, et ce conformément aux résolutions internationales, pour permettre aux Palestiniens chassés de leurs terres de disposer de leur propre Etat, par ailleurs viable, tel que prévu par la décision de partage de la Palestine par l’Assemblée Générale de l’ONU en 1947 » (Résolution 181, Communiqué du 12 juillet 2014). Le Droit International ne peut pas être impunément bafoué avec les atermoiements des grandes puissances qui laissent faire. A chacun sa chasse gardée : Afrique, Ukraine, Proche et Moyen Orient… Des conflits peuvent même être attisés en sous-main.

Mettre fin à la destruction

Tout le Moyen Orient est une poudrière. Début avril 2014, les évêques d’Israël, de Palestine et de Jordanie ont diffusé un texte important du Comité Justice et Paix de Terre Sainte. Il est nécessaire que « chrétiens et musulmans doivent lutter ensemble contre les nouvelles forces de l’extrémisme et de la destruction. Tous les chrétiens et de nombreux musulmans sont menacés par ces forces qui cherchent à créer une société dépourvue de chrétiens et où seulement quelques musulmans agiront en maîtres. Tous ceux qui cherchent la dignité, la démocratie, la liberté et la prospérité sont attaqués. Nous devons être solidaires et parler haut et fort en vérité et en liberté. »

Le texte continue : « Les pouvoirs politiques locaux et internationaux cherchent leurs propres intérêts. C’est entre nous seuls que nous devons bâtir ensemble un avenir commun. Nous devons nous adapter à nos réalités même face à la réalité de la mort et nous devons apprendre ensemble à mettre fin à la persécution et à la destruction afin de mener une vie nouvelle et digne dans nos propres pays. »

« Ensemble, nous devons unir nos voix à tous ceux qui rêvent comme nous d’une société dans laquelle musulmans, chrétiens et Juifs seront citoyens égaux, vivant côte à côte et construisant ensemble une société dans laquelle les nouvelles générations pourront vivre et prospérer. Enfin, nous prions pour chacun, pour ceux qui joignent leurs efforts aux nôtres, comme pour ceux qui cherchent à nous nuire et à nous tuer. Nous prions pour que Dieu leur permette de voir la bonté qu’il a mise dans le cœur de chacun. Puisse Dieu transformer chaque être humain dans la profondeur de son cœur. »

Cette prise de position poignante des évêques de Terre Sainte est plus que jamais d’actualité pour tout le Moyen Orient. Dans son message pour l’Eïd-Ul-Fitr 2014, le cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, nous invite à méditer les paroles du pape Jean-Paul II : « Nous tous chrétiens et musulmans, nous vivons sous le soleil du même Dieu miséricordieux. Nous croyons les uns et les autres en un seul Dieu, créateur de l’Homme. Nous acclamons la souveraineté de Dieu et nous défendons la dignité de la personne humaine comme serviteur de Dieu. Nous adorons Dieu et nous professons notre totale soumission à Lui. Donc, nous pouvons nous appeler au vrai sens des mots : « frères et sœurs dans la foi en un seul Dieu » (Kaduna Nigéria, 14 février 1982).

Que de travail à faire pour nous tous et par nous tous pour ne pas nous laisser gangréner par les simplismes de tous bords qui peuvent alimenter les extrémismes toujours dangereux pour des individus, des familles, des sociétés entières. Notre vivre-ensemble réunionnais n’est pas qu’une « carte postale pour touristes en peine de cœur ». C’est une construction en pleine évolution qu’il nous importe de faire réussir dans un souffle spirituel d’humanisation permanente, sur notre terre de rivages, pitons, cirques et remparts. Tout homme est mon frère. Ici et ailleurs ! Joyeux Eïd-Ul-Fitr.

25 juillet 2014
Monseigneur Gilbert AUBRY


Kanalreunion.com