Di sak na pou di

Misère de la petite bourgeoisie réunionnaise

Témoignages.re / 26 juin 2010

La victoire de Didier Robert, c’est la victoire d’une petite bourgeoisie réunionnaise, enfant du Michel Debré de l’Algérie française et du programme d’assimilation à outrance. C’est un programme de “Restauration”, de retour à l’ordre ancien, caché derrière l’habituelle langue de bois de la “rupture”.
Elle piaffait d’impatience. Elle voulait le pouvoir et régner enfin avec sa médiocrité, son inculture et sa vulgarité. Elle a réussi en s’associant avec des représentants de la nostalgie coloniale comme Mme Couapel qui affirmait qu’il n’y avait pas eu de colonisation à La Réunion, et en s’appuyant sur Michel Vergoz, ancien “jeune” giscardien reconverti dans le socialisme, quand ce dernier lui offrait une meilleure situation de rente (D. Robert et M. Vergoz = une réelle différence ?). Les socialistes réunionnais vont-ils clairement se démarquer de ce genre de positions et enfin rejoindre la Gauche ?
Cette petite bourgeoisie réunionnaise a réussi à éliminer quelques barons de la vieille Droite locale avec l’aide de Paris (sans Paris, elle n’est rien). Et elle a l’intention de faire la fête ! Elle puise dans les coffres du Conseil régional pour fêter sa victoire. Elle distribue aux associations. Ces dernières se réjouissent, c’est normal, ne voyant pas que c’est une politique à court terme. Elle a ses baladins dont le groupe de Gilbert Pounia, reconverti en chanteur officiel de la Région et de l’UMP.
Quand les coffres seront vides et qu’il faudra se serrer la ceinture, la fête sera terminée et La Réunion en mauvaise situation. Mais cette petite bourgeoisie aura gagné, elle se sera vengée de ces années où elle rongeait son frein et devait écouter ces discours sur les esclaves, les Kaf, les pauvres, les opprimés, les luttes et les résistances ! Elle qui en avait marre d’entendre parler esclavage, qui a, du bout des lèvres, salué l’inscription du maloya au Patrimoine mondial de l’Humanité, peut enfin imposer (un moment) sa politique de vide et de régression.
Il y a plusieurs “Réunion” et celle de cette petite bourgeoisie en est une, mais ce n’est pas la nôtre. Et là, nous avons un reproche à faire à l’équipe MCUR : elle valorisait trop le « modèle réunionnais », comme si toute la société était réunie autour d’un projet commun. Or, ces dernières élections ont démontré l’existence d’une petite bourgeoisie locale, assimilée, craintive et hargneuse (les deux vont ensemble), qui REFUSE toute autonomie, au sens de « responsabilisation », « maturité », qui veut la « métropole », mais ne se sent pas solidaire des Français qui souffrent chaque jour (ne parlons pas des Malgaches, des Indiens, des Africains ! Elle va dans ces pays pour faire du tourisme et se rassurer sur son (faux) sentiment de supériorité). D. Robert du Tampon en est une représentation parfaite : école militaire, aucune curiosité pour le monde — il n’y a pour lui que la métropole et rien d’autre —, aucune vision, politique de mendicité auprès de Paris (zanfan i plèr pa i gingn pa tété !), repli insulaire, obéissance aux décisions des envoyés parisiens. Ainsi, le DRAC peut tranquillement reprendre la main. Au moins, lui doit être content. Après ses sorties contre le maloya, sur le Kabardock, contre la MCUR, sur « ces gens au nom imprononçable », il a enfin des gens qui lui obéissent à la Région !
Certes, il y aura des concerts, des colloques, des expositions où participeront des gens de talent, mais au bout, quelle politique ? Son « modèle réunionnais », c’est celui de « cultures qui coexistent », comme un grand buffet avec son coin indien, coin chinois, coin petit créole (et le coin des descendants d’esclaves ?), tout cela sous la Direction paternaliste du modèle “métropolitain”. Fini l’échange, la créolisation. On ne va tout de même pas se mélanger ! Voilà ce qui nous attend.

Collectif La Fournaise



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’image de la tour Eiffel dorée malgré la peinture se rouille, Oui Camille, tu as plus que raison dans tout ce que tu avances, car cette petite bourgeoisie dite réunionnaise que quand cela l’intéresse, finira par s’étioler .

    je pense que ce "Collectif La Fournaise" ne tardera pas à faire une éruption.

    Ecris je t’en prie, le plus souvent possible car notre histoire n’est pas suffisamment inscrite dans leur mémoire, la signature de nos pères respectifs sur un document signé le 9.8.1961 par les fonctionnaires communistes, c’est l’héritage qu’ils nous ont laissé.

    Nous devons aujourd’hui, redoubler nos efforts car le combat continue.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com