Di sak na pou di

Moi, Éric Fruteau, Maire de Saint-André, je suis démasqué !

Témoignages.re / 29 juin 2013

Tout au long de sa carrière politique qui a duré 38 ans — de décembre 1969 à mars 2008 — où il a occupé quasiment tous les mandats, conseiller général, maire, conseiller régional, député, sénateur, JP Virapoullé a été un adversaire acharné de mon Parti, le PCR, n’hésitant pas à utiliser les pires méthodes pour tenter d’arriver à ses fins. Mais le PCR lui a toujours courageusement résisté, particulièrement à Saint-André, grâce à des militants communistes exemplaires et à leur fidélité inébranlable. Force est de constater qu’en voulant détruire à tout prix le PCR, JP Virapoullé a en réalité fait mal à La Réunion tout entière et freiné considérablement son développement, et ce, sur tous les plans.

Ceci étant, l’actuel maire de Saint-André, en fonction jusqu’en mars prochain, est pire que son prédécesseur. En effet, usant au maximum de ses positions de pouvoir acquises au plan politique grâce à un demi-siècle de lutte des communistes, Conseil général, mairie, intercommunalité, Eric Fruteau a causé, lui, en quelques années seulement plus de tort au PCR que JP Virapoullé au cours de sa longue carrière d’élu.

Le constat est là. Et personne ne pourrait me faire changer d’avis sur ce point, que je ne suis pas le seul d’ailleurs à partager. Il est facile dès lors d’imaginer les sentiments que j’éprouve pour cet élu désormais dirigeant du PLR, et je ne m’en suis jamais caché. Pour preuve, je ne me prive pas à chaque occasion qui m’est offerte, notamment au cours de ma tâche de modeste militant, de dire haut et fort tout ce que m’inspire le personnage.

Un courrier paru dans la presse du mardi 18 juin 2013, intitulé « Eric Fruteau, l’art du machiavélisme » et signé « Des Personnels Communaux Libres et Rassemblés », dénonçant les agissements du maire de Saint-André, me conforte dans mes analyses, mais surtout, et c’est là l’essentiel, aidera peut-être à éclairer celles et ceux qui, à Saint-André ou ailleurs, avaient encore quelques doutes sur le sujet. Le personnage décrit par les signataires de l’article, visiblement bien informés, est accusé notamment de trahison et de déborder de démagogie et de méfiance, de machiavélisme, de mépris et d’arrogance. Cela tranche radicalement avec l’image de l’homme intègre, loyal, soucieux de transparence, démocrate, humaniste et aux discours moralisateurs derrière laquelle se cache le maire de Saint-André.

Par ailleurs, cette méfiance, ces manigances, ces deals de toute sorte qui auraient cours ces derniers temps, toujours selon les employés communaux signataires du courrier, en disent long sur le climat politique qui prévaut à la Mairie de Saint-André.

En tout cas, me voilà réjoui de constater qu’au fil des jours, d’autres personnes et la population en général découvrent le réel visage de celui qui parade en se présentant comme le « modèle » d’une nouvelle génération de politique.

Paul - Saint-André


Kanalreunion.com