Di sak na pou di

Monique Orphée et le cas Bello !

Paul Dennemont / 6 octobre 2015

Ce vendredi matin, 2 octobre, à quelques pas du marché forain de Saint-André, accoudé à ma voiture, une sympathique dame m’aborde, accompagnée d’un monsieur. Elle m’offre un tract Bello et se présente : Monique Orphée.

Nous conversons quelques minutes sur la situation politique, avant que je ne lui révèle que je suis militant du PCR. Elle ne s’y attendait pas, mais ça ne pouvait pas mieux tomber. Je lui fais part de mon sentiment. Puis on en vient aux régionales. Ah, les régionales ! De suite, je lui confie tout le « bien » que je pense de Dame Bello. S’engage alors entre nous un vif dialogue, mais néanmoins courtois. « Nous nous retrouverons de toute façon au second tour » me dit-elle. Sans doute, voulait-elle parler de son soutien à la liste PROGRES-PCR. Les minutes s’écoulant, et pressés par le temps, nous cessons là notre discussion. Dommage.

Le constat.J’avoue avoir été quelque peu étonné par tout le mal qu’est obligée de s’affliger Monique Orphée – quoique je la comprends – pour essayer de défendre la cause indéfendable de l’ancienne maire de Saint-Paul, tête de liste du PS dionysien, victime, à l’entendre, des abominabilités du PCR ! Ben voyons ! Visiblement, Monique Orphée a appris sa leçon, mais hélas pas encore suffisamment pour convaincre un rouge de fond.

Ceci étant, au final, Monique Orphée aura consacré pas moins d’une demi-heure de son temps, à s’acquitter d’une fonction de conseil, du cas Bello, face au modeste militant que je suis. Quid du programme ? Mme Bello a du souci à se faire.

Paul Dennemont
Saint-André


Kanalreunion.com