Di sak na pou di

Nadia Ramassamy lé en lèr...

Témoignages.re / 20 avril 2010

Après avoir posé, pendant toute la campagne des Régionales, en madone des déshérités, après s’être présentée comme l’hirondelle du renouveau qui fera le printemps des damnés de la terre, après avoir fustigé avec la plus extrême sévérité la cruelle indifférence de l’Alliance face à la misère sociale qui frappe La Réunion, notre Mère Térésa péi se fend dans la presse du 17 avril d’un communiqué aussi triomphaliste que candide : elle annonce qu’elle a décroché la délégation « égalité des chances et solidarité », et que, désormais, « les Réunionnaises et les Réunionnais doivent savoir qu’ils peuvent compter sur son dévouement pour répondre concrètement à leurs attentes dans les limites des compétences de la Région ».
Tiens donc ! Il y aurait des limites aux compétences de la Région ? C’est pourtant ce que l’intéressée a farouchement nié tout au long de ses interventions, en jetant l’anathème, sans mesure ni retenue, contre l’aveuglement politique et l’égoïsme social des démons de la pyramide inversée…
Tous ceux qui, sur la foi de la sagesse populaire, croyaient à tort que les imbéciles ne changent jamais d’avis salueront cet accès providentiel de lucidité.
M. Claude Guéant, penseur officiel de l’UMP, vient d’ailleurs de le dire cyniquement à propos d’une autre dame et d’une autre affaire : « La vérité d’hier n’est peut-être pas celle d’aujourd’hui » ; et Abraham Lincoln le proclamait plus vigoureusement encore : « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ».
Bref, Mme Ramassamy découvre en toute innocence les limites de la loi en matière d’action sociale des collectivités, et renvoie implicitement ses ouailles, une fois leur bulletin déposé dans l’urne, vers les services du Département ou le CCAS de leur commune. Certains "malfondés" risquent certes d’être déçus, mais ils se consoleront, pour peu qu’ils soient amateurs de fin gibier, par la reconnaissance du ventre : le printemps leur annonçait une hirondelle, il leur apporte une bécasse.

Raymond Mollard


Kanalreunion.com