Di sak na pou di

Non à la discrimination fiscale !

Témoignages.re / 31 juillet 2010

La CGTR-Finances Publiques s’insurge contre la décision prise par le Conseil des ministres du 28 juillet d’affecter 10 inspecteurs des Impôts au contrôle des dossiers des gens du voyage et des Roms au motif « que beaucoup de nos compatriotes sont à juste titre surpris en observant la cylindrée de certains véhicules qui traînent les caravanes », selon Brice Hortefeux.

Notre organisation juge cette méthode dangereuse dans la mesure où elle stigmatise une partie de la population uniquement en raison de critères ethniques. En ce sens, une telle décision n’est pas dénuée de relents de racisme et donc contraire au respect du principe fondamental de l’égalité des citoyens devant l’impôt.

Pour la CGTR-Finances publiques, il est inadmissible que des agents de l’État soient spécialement affectés à des missions de contrôle visant une communauté en particulier.

Nul ne peut être dupe sur l’objectif poursuivi : il s’agit de faire diversion sur les affaires en cours mettant en cause les proches du président et contenir autant que faire se peut les véritables débats qui préoccupent les Français, notamment sur la réforme des retraites et les problèmes liés à la sécurité.

Dans un contexte de fraude fiscale à grande échelle par les plus nantis (plus de 50 milliards d’euros par an), la CGTR-Finances Publiques estime que notre administration devrait plutôt concentrer des moyens supplémentaires à la lutte contre la scandaleuse délinquance fiscale en col blanc qui gangrène le pays.

Pierrick Ollivier,
secrétaire départemental de la CGTR–Finances Publiques


Kanalreunion.com