Di sak na pou di

Notre bien commun : notre culture, notre patrimoine matériel et immatériel.

Témoignages.re / 26 juillet 2010

Les actions culturelles, l’accès au savoir et à la culture sont une priorité de l’ACSE, donc validées par l’Etat.
Depuis plusieurs années, le ministère de la culture soutient la manifestation « les Portes du Temps » dont l’objectif est de faciliter la connaissance à la culture en ouvrant les hauts lieux de mémoires et de notre patrimoine historique (sites, musées...) à des enfants et adolescents qui vivent dans les quartiers.
Pour accompagner et renforcer les nombreuses actions soutenues par le ministère de la culture, notre président de la République Nicolas Sarkozy a inauguré récemment le nouveau centre de Pompidou Metz. Il a souligné dans son discours qu’un musée contribue activement à la « renaissance d’une ville, d’une Région en pleine difficulté économique. Un musée reste "un acte culturel fort" qui s’inscrit pleinement dans les orientations politiques actuelles : la politique stratégique de développement économique et durable ».
En effet tout pays croit en sa culture et veut tout mettre en œuvre pour la valoriser (réhabilitation des lieux de mémoires, construction de musées, travaux sur la toponymie, recherches...).
Nous avons à la Réunion chez nous, de belles richesses culturelles patrimoniales à exploiter, à enrichir.
Notre île repose sur l’activité industrielle du sucre. La culture de la canne a marqué fortement la vie des habitants de chaque commune. L’esclavage, l’engagisme ont laissé des empreintes qui aujourd’hui sont laissées en ruine. Dommage ! Nos lieux de mémoires ne sont pas respectés.
L’agriculture, les calbanons, les anciennes usines, les anciens travailleurs, les témoignages des anciens "gramounes" ouvrent de nombreux chantiers culturels patrimoniaux, historiques à réaliser et à valoriser dans chaque commune.
Nos lieux de mémoires matériels et immatériels maintiennent vivants notre racine culturelle qui est notre source de vie.
La MCUR, notre musée des civilisations de tous nos ancêtres, notre maison de l’Afrique, de Madagascar, de l’Inde, de Chine, de France... s’aligne sur tous les projets culturels, patrimoniaux actuels de toutes les régions françaises qui considèrent que l’art, la culture, la mémoire, l’histoire ouvrent les portes du temps passés, présents et futurs.
Notre belle terre d’accueil exalte les valeurs de tolérance, de partage. Notre île réunit plusieurs civilisations, mémoires et héritages.
Monsieur le Président de la Région Réunion, notre musée au même titre que le Beaubourg de Metz, allait élever au rang de « nouvelle renaissance » une île, une région victime de l’esclavage, ce système politique et économique injuste, inhumain. Ce système qui a détruit des vies humaines et enrichit de nombreux pays européens fiers de porter à l’époque le titre de grande puissance négrière.
Parmi les nombreuses raisons qui justifient la réparation, parmi les nombreuses solutions pour éclairer notre histoire, la réalisation de notre musée traduisait le dynamisme responsable, intelligent et humain d’un homme politique qui a su arracher les crédits en pleine crise pour trouver les moyens pour réaliser un projet créateur d’emplois, un projet qui invoque la mémoire. Tout musée, ce musée rend hommage aux hommes et femmes qui ont écrit, construit et façonné chaque commune, chaque quartier : notre île, la Réunion.
« ...Oui, nous sommes des Réunionnais descendants de blancs, de noirs, de Malgaches ou d’Indiens, mais nous sommes fiers de notre qualité de Réunionnais et nous exigerons que notre dignité soit respectée dans notre pays ». Paul Vergés, 1963.
Notre combat pour sauvegarder notre unité doit continuer.

Aline Murin- Hoarau, conseillère régionale.


Kanalreunion.com