Di sak na pou di

Nous n’oublierons pas qu’ils ont condamné les Réunionnais !

Témoignages.re / 28 octobre 2010

Que se passe-t-il dans les rues aujourd’hui ? Qu’est-ce que nos jeunes veulent nous dire ou nous faire comprendre ? Qu’ils ne sont pas d’accords pour reculer l’âge légal de la retraite de leurs parents ? Est-ce vraiment cela ? Je n’en suis pas si sûr.
Une certitude néanmoins : ils sont très inquiets pour leur avenir. À La Réunion, pour la moitié d’entre-eux, leurs parents ne travaillent pas, ou ont une activité précaire.
Et contrairement aux préjugés, ces jeunes, à défaut de lire suffisamment pour certains, écoutent, se documentent sur internet, échangent sur facebook ou twitter.
Et qu’est-ce qu’ils découvrent ? Que 27% des chômeurs inscrits sont âgés de 18 à 25 ans ! Que 23% sont des séniors de plus de 50 ans ! Ainsi, que deux générations vont être sacrifiées.
Dans le même temps, le gouvernement Sarkozy, représenté à La Réunion par Didier Robert, repousse à 67 ans la porte de la retraite à taux plein.
Alors qu’on aurait dû au préalable garantir l’emploi de ces séniors et encourager l’embauche des jeunes avant toute réforme consistant à prolonger la durée de travail et donc de cotisations.
On peut, face à une telle situation de régression sociale jamais enregistrée sous la 5ème République, comprendre l’inquiétude de millions et de millions de Français et particulièrement les jeunes.
Pour pousser le paroxysme à l’extrême, voilà qu’on apprend que cette réforme des retraites votée également par nos parlementaires locaux de l’UMP va profiter au frère de Nicolas Sarkosy qui sera bientôt à la tête d’une puissante caisse de retraite complémentaire par capitalisation.
Et pour montrer leur mépris pour les Réunionnais, voilà qu’il envoie son « gros avion particulier » (comme ses amis peuvent avoir des hôtels particuliers), Air Zarko one, faire le tour du monde, sur "ses" terres "exotiques" de l’outre-mer.
Je plains les députés et sénateurs réunionnais, Didier Robert, René-Paul Victoria, Anne-Marie Payet, Jean-Paul Virapoullé qui, par leur vote, ont condamné l’avenir de dizaines de milliers de Réunionnais, parmi lesquels celles et ceux qui leur ont fait confiance.
Il ne suffira pas au président du Conseil régional, farouche représentant de Nicolas Sarkozy à La Réunion, de distribuer des ordinateurs et des billets d’avion, de repeindre en bleu les lycées ou encore de continuer désespérément à promettre 2.000 bus propres, pour faire oublier la réalité quotidienne de la population.
Les jeunes désemparés qui sont dans la rue aujourd’hui, les acteurs professionnels qui n’en finissent plus de manifester leur inquiétude devant la baisse accélérée de l’activité économique, ont cru à un moment donné aux belles paroles. Mais chaque jour qui passe, la déception laisse la place au désespoir.
Ces jeunes ont envie d’une nouvelle société moderne et solidaire, ces entreprises ont envie d’un nouveau modèle économique plus intégré.
« il faut laisser le temps au temps », dit-on habituellement... mais peut-on encore attendre ?
Pour l’heure, une chose est néanmoins sûr, de la carrière politique de Didier Robert et des élus qui ont soutenu la politique de Nicolas Sarkozy, l’histoire ne retiendra d’eux que leur participation à l’abolition du régime des retraites en France et la politique de démolition à La Réunion. Il ne faudra pas oublier cela…
Réformer ? Oui ! Négocier ? Oui ! Avec les différentes institutions représentatives ? Oui ! En informer l’opinion sur les différents médias ? Oui ! Avec un calendrier et une date butoir ? Oui !
Mais passer en force avec l’accord d’élus réunionnais ? Non, aujourd’hui, non demain en 2011 au vote cantonal, et non après-demain en 2012, aux élections présidentielles et législatives, pour se préparer à "réformer la réforme" !

Pierre Vergès


Kanalreunion.com