Di sak na pou di

Opportunisme, quand tu nous tiens…

Courrier des lecteurs de Témoignages / 20 mai 2017

JPEG - 17.3 ko

Madame Bassire, protégée du président de Région se présente aux élections législatives de juin, si j’en crois le tract déposé dans ma boite aux lettres. Ce serait pour la troisième circonscription « une femme politique différente des autres personnalités politiques ».

En effet, le 23 mars 2014, tête d’une liste aux élections municipales du Tampon, elle recueillait au premier tour 17,46 % des voix, résultat qui lui permettait de se maintenir au second tour pour être élue au conseil municipal et défendre ses grands projets politiques. Hélas, elle abandonnait le combat et laissait s’affronter trois autres candidats qui, eux, se maintenaient. Peut-être que le statut ingrat d’opposante dans une assemblée, ne convient-il pas à cette femme politique si différente des autres…

Autre surprise, le choix de son suppléant, Jean Alain Cadet connu pour appartenir à EELV qui change subitement de camp. Il explique ce revirement pour « l’articulation et l’équilibre entre l’économie et l’écologie »… Certes, mais connaissant le grand engagement écologique du président de Région depuis 2010, nous sommes peu convaincus. Suppression du tram-train pour le « tout automobile », manœuvres en coulisse contre le Parc National et la réserve marine, manque de volonté affirmée dans le développement des énergies renouvelables dont la part diminue au profit des énergies fossiles, soutien pour le quai charbonnier à Bois Rouge (réserve naturelle) si cher à Jean-Paul Virapoullé, et enfin, cerise sur le bitume, construction d’une nouvelle route du littoral sur la mer, dont les coûts sont en train d’exploser.

Sous prétexte d’effacer les clivages politiques, on voit en ce moment, nombres d’élus renier leurs convictions dans lesquelles ils se drapaient, pour courir à la “soupe” politicienne.

Philippe Berne


Kanalreunion.com