Di sak na pou di

Oui, c’est dégueulasse. Il n’y a pas d’autre mot…

Raymond Lauret / 7 avril 2015

Comme de nombreux autres Réunionnais je le suppose, j’ai été particulièrement choqué en lisant dans la presse de ce dimanche (de Pâques, qui plus est !) qu’une vieille dame de 81 ans, handicapée de surcroit, a reçu de la SHLMR un avis d’expulsion de son petit logement à Saint-Denis.

Le mot « dégueulasse » employé par Erick Fontaine, de la Confédération nationale du logement, et repris par les journalistes pour qualifier une telle attitude d’un organisme public chargé de loger les Réunionnais, est particulièrement approprié à la situation. Il l’est d’autant plus que nous trouvons un service de la Préfecture qui, logiciel oblige, fait porter au représentant de l’Etat la décision d’accompagner la SHLMR dans son odieuse démarche en informant la vieille dame que « … Si vous n’entreprenez aucune démarche pour libérer les lieux, l’huissier de justice qui a en charge votre dossier me demandera bientôt le concours de la force publique pour votre expulsion… ».

Je me prends à imaginer que plus d’un membre de la toute nouvelle Assemblée Départementale vont rejoindre Erick Fontaine et se mobiliser avec lui pour qu’un peu d’humanité vienne désormais corriger les aspects réglementaires dans leur stricte et inhumaine application. Quand donc se souviendra-t-on, dans certaines sphères, que « administrer, ce n’est pas tout empêcher au nom du règlement, mais tout faciliter au nom du bon sens » et que« l’essentiel, quand on est en charge de la situation des autres, n’est jamais de prendre la pose » ?… Il est trop facile de mettre la faute sur le compte d’un quelconque logiciel !…


Kanalreunion.com