Di sak na pou di

Politique : sournoise invention

Témoignages.re / 23 janvier 2017

JPEG - 17.3 ko

En fin de compte, la politique, est-ce quelque chose de bien naturel ? Comme toujours, c’est en remontant le temps, qu’à condition d’être un peu attentif, on découvre des choses. Souvenez-vous, il fut un temps où la tribu humaine, vivant plus près de la nature, respectait ses rythmes et ses lois. L’enfant apprenait les choses de la vie au contact de ses semblables, remplissait sa vie comme il pouvait et mourrait comme tout le monde Tous égaux devant la mort, mais surtout, tous égaux à la naissance. Et puis, peu à peu, les choses ont changé.

Certains parents, ne se contentant pas de procréer, de transmettre leur culture, ont souhaité transmettre leurs biens. C’est ainsi que certains bébés, sans avoir levé le petit doigt, naissent avec une immense fortune. Fini l’égalité devant la vie et surtout devant ses semblables. Il y en a aujourd’hui qui, dès la conception pourraient dire : « Je ne suis pas un humain comme les autres ».

Cela peut nous sembler parfaitement normal. Pourtant, en y réfléchissant bien, cela change tout, en particulier dans les rapports sociaux. Avec le temps, ce petit détail de l’histoire est devenu la pierre angulaire de toutes les évolutions, de toutes les politiques et de toutes les dérives de l’humanité. Cette inégalité purement scripturale, il a d’ailleurs bien fallu la défendre. Et c’est ainsi qu’on a inventé l’un des plus vieux métiers du Monde : le notaire. Précisément, parce que ce n’était pas tout à fait naturel, cet artifice sociétal était absolument indispensable.

Ensuite, tout s’enchaine. Les riches, les forts, les puissants se multiplient et s’enrichissent. En France on tente un premier coup d’arrêt en 1789 en imposant un contre-feu à cette dérive inégalitaire : Liberté Egalité, Fraternité. Mais le piège de l’inégalité s’est vite refermé sur ceux-là même qui pensaient l’avoir détruit. Aujourd’hui on atteint des sommets puisqu’on vient de nous annoncer que les huit personnes les plus riches du Monde possèdent plus que la moitié la plus pauvre de l’humanité, c’est-à-dire, quand même, plus de trois milliards d’humains. Un signe qui ne trompe pas, dans le pays le plus riche du Monde, la plupart des derniers présidents sont issus de grandes familles fortunées.

Ce qui est amusant, c’est que l’on n’aurait probablement pas besoin de la politique si nous étions tous égaux. En effet, j’ai bien l’impression que le seul but de la politique c’est de nous faire avaler la couleuvre de l’inégalité.

François Maugis


Kanalreunion.com