Di sak na pou di

Pour une réaction individuelle et une mobilisation collective…

Raymond Lauret / 11 juillet 2015

Dans une de ses dernières éditions, le journal Le Point évoque une étude qui porte sur le problème de l’ivresse et donc des dégâts occasionnés par la consommation excessive d’alcool sur le territoire français.

En 2012, le coût estimé des dépenses constatées s’élevait à prés de 3,6 % de l’ensemble des dépenses hospitalières en France. Toutes les régions françaises ne sont pas au même degré de ces excès qui ne manquent pas d’avoir des effets dévastateurs sur la santé de ceux qui s’y adonnent et sur les finances publiques.
Cette étude met en exergue qu’il y a des disparités régionales quant à l’importance de cette consommation par habitant. On y lit que « les ivresses touchent surtout les habitants du nord et de l’ouest de la France ainsi que de la Picardie, la Champagne, la Bourgogne et l’Auvergne, avec un taux supérieur au double de la moyenne nationale dans le Nord, en Basse-Normandie et à La Réunion »…

A La Réunion, nous sommes donc dans un taux supérieur au double de la moyenne nationale. Triste record.

Triste record qui devrait nous inciter à une réaction individuelle et à une mobilisation collective pour que nous arrêtions vite la catastrophique saignée…

Raymond Lauret


Kanalreunion.com