Di sak na pou di

Présidentielles, déjà l’intox !

Témoignages.re / 11 décembre 2010

Depuis deux ans au moins, les lobbies financiers formatent nos cerveaux… Leurs “toutous” se répandent dans la presse avec la ferme intention de nous imposer ce débat anesthésié entre les sociaux libéraux de Strauss-Kahn et les libéraux sociaux de Sarkozy.

Auraient-ils déjà décidé à la place des électeurs, ceux qui seront présents au deuxième tour ?

Déjà la campagne “publicitaire” est lancée. A coup de milliards, les marchés s’attachent déjà à promouvoir leurs deux poulains comme des starlettes d’Hollywood… ou, au besoin, leurs clones : Vals & Co pour l’un et Fillon & Co pour l’autre. “Gala”, “Voici”, et autre presse people afficheront leur meilleur profil dans tous les kiosques à journaux, toutes les salles d’attente…
Personne n’y échappera !
Quant à ceux qui attendent un véritable débat démocratique de cette Présidentielle, ils seront à coup sûr frustrés. Car Sarkozy et Strauss-Kahn, patron du FMI, défendent tous deux à quelques nuances près le même projet de société.
Pour preuve ! Le zèle qu’ils ont déployé pour soumettre les peuples à une cure d’austérité alors qu’ils refusent d’imposer la moindre contrainte aux spéculateurs responsables de la crise. Ceci montre qu’à l’évidence, ils sont en fait, l’un et l’autre, de bons petits soldats de “l’empire du fric”.
Dans ce contexte, Coluche aurait déjà amusé les citoyens de toute la Francophonie…
Il nous aurait vanté la qualité de la lessive Sarko qui va chercher la saleté au fond du nœud et la lessive Strauska aux enzymes gloutons qui lave pareil !
Dans ces conditions, il y a fort à parier qu’au lieu de parler de programme, de projets (créer par exemple un service public démocratisé des banques, etc…), nous aurons droit tout au plus à une campagne de marketing, ou pire : à une mauvaise pub !

Déjà, les médias “grand public” aux logos de firmes bien connues (Lagardère, Bouygues, Dassault & Co…), s’efforcent de rendre inaudibles ou caricaturent les autres présidentiables qui sont pourtant tout aussi compétents. En particulier ceux qui proposent d’autres alternatives : plus modernes, plus justes, plus humaines, en rupture avec cette financiarisation de l’économie qui met les peuples à genoux et transfère leur souveraineté à la sphère financière… Ainsi, de fait, les propositions du monde du travail de la création sont censurées ou tournées en dérision dans les médias grand public. Et donc, ceux qui se lèvent tôt pour produire les richesses matérielles et culturelles du pays sont de plus en plus invisibles et inaudibles. En conséquence, ils sont de moins en moins présents à l’Assemblée et au Sénat pour défendre leurs intérêts.

N’est-ce pas un grand danger pour la démocratie ?

Il est donc urgent d’organiser un contre-feu pour en finir avec ce formatage perpétuel des cerveaux aux dogmes de l’économie libérale qui nous mène au chaos.
Il est temps que les forces sociales, humanistes, féministes, soucieuses de la santé de la planète, disposent elles aussi de véritables moyens d’informations de masse…
A La Réunion, une radio, KOI, en “stand by”, dispose d’une structure qui pourrait être sauvée, développée, si toutes les organisations : associations, syndicats, partis politiques, qui luttent pour un monde meilleur, apportaient des moyens et leurs compétences. Cela permettrait de mettre en échec les campagnes de manipulation de l’opinion, comme ce fut le cas pour les retraites ; de faire connaître à la population tout ce que la propagande officielle lui cache ; de redonner la parole au monde du travail de la création ; de parler de son histoire, de ses luttes, ses espoirs, ses projets, tout en développant des émissions attrayantes…
Pourquoi pas : chiche !

Didier Le Strat


Kanalreunion.com