Di sak na pou di

Prime des chefs d’établissement, à qui profite l’annonce médiatique ?

Témoignages.re / 29 janvier 2011

Face aux annonces « tonitruantes » faites par médias interposés concernant le régime indemnitaire des chefs d’établissement des lycées et collèges, le Sgen-CFDT, organisation représentative des personnels de direction apporte les précisions suivantes :
• À ce jour, notre organisation n’a absolument pas signé de protocole de discussion avec le ministre, pour la simple raison que les négociations menées depuis deux ans avec la direction de l’encadrement sur le régime indemnitaire et sur bien d’autres sujets tels l’évaluation, la formation, et le statut n’ont pas encore abouti. Le calendrier de travail avait été arrêté par madame Théophile, directrice générale des Ressources humaines, un mois avant la signature d’un protocole avec l’organisation majoritaire.
• Le groupe de travail qui s’est réuni lundi 24 janvier a reçu des propositions qui concernent l’ensemble du régime indemnitaire des personnels de direction et pas seulement la partie « résultat ». La prime de fonction et de résultat a été actée pour la fonction publique en 2009, et à l’époque la CFDT s’était prononcée contre. •À partir du moment où le ministère réfléchit à la manière de mettre en oeuvre cette PFR pour les personnels de direction, le Sgen-CFDT se doit de participer aux discussions.
• L’objectif clairement affiché, dans le cadre de ces discussions, est d’obtenir une refonte et une simplification des grilles indemnitaires pour les personnels de direction, et un engagement clair du ministère sur l’échéance finale de cette refonte. En l’état, les propositions faites n’obtiendraient pas notre accord.
• Le Sgen-CFDT rappelle que cette PRF concerne tous les personnels de direction, chefs et adjoints. En règle générale, le Sgen-CFDT est très réservé sur la mise en oeuvre de cette part variable qui dépendra exclusivement des recteurs, d’autant plus qu’elle devra être basée sur l’évaluation de la lettre de mission et non sur la base d’indicateurs généraux collectifs. Le Sgen-CFDT a d’ailleurs demandé un cadrage fort par le ministère. Quant au montant, la moyenne affichée de 55 euros par mois n’est qu’une moyenne théorique… Pour que certains puissent recevoir le plafond maximum de 6.000 euros en trois ans, il faudrait que d’autres en soient totalement exclus !
• Enfin, dans le contexte actuel désastreux de préparation de la rentrée 2011, avec des dotations horaires globales taillées à la hache, qui vont générer des tensions très importantes dans les établissements scolaires, le Sgen-CFDT met en garde contre toute annonce intempestive assimilant le « bon chef » à celui qui saurait supprimer des postes et pratiquer des politiques élitistes dans son établissement.

Maryvonne Quentel
La secrétaire générale adjointe


Kanalreunion.com